Habillage fond de site

Prison ferme pour trois complices d’un trafic d’ice

mercredi 26 juin 2019

(© archives LDT)

(© archives LDT)


En janvier, des peines de 2 à 8 ans de prison avaient été prononcées à l’encontre des principaux protagonistes de l’affaire “Papy Ellis”. Mais devant l’ampleur de ce vaste trafic d’importation des États-Unis de drogue (de l’ice), la justice avait dû scinder le dossier afin de poursuivre les autres complices du réseau. Et à la barre du tribunal correctionnel comparaissaient hier matin trois nouvelles figures impliquées particulièrement dans l’écoulement du produit.

Contrairement à ses comparses Victor et Thierry, arrivés libres au tribunal correctionnel hier, Taputu prend place devant la barre encadré par des gendarmes – il purge une peine pour une affaire de fausse monnaie. Dans le dossier de narcotrafic dit “Papy Ellis”, l’homme de 38 ans a reconnu qu’il était revendeur d’ice sur Papara.

Il a commencé en 2014, à sa sortie de prison, après une rencontre avec Amaru (autre acteur dans ce dossier). Il s’est “lancé dedans” se faisant payer parfois en argent, parfois en cannabis. Il prenait 10 à 20 % au passage sur des doses allant de 10 000 à 140 000 F. Le bouche-à-oreille a bien marché.

Dans ses auditions Taputu nomme ses nombreux clients, même un ancien mister Tahiti. Mais ce succès fait des jaloux et un soir, des hommes cagoulés et armés débarquent chez lui, certainement pour mettre la main sur son stock. Mais comme ils ne trouvent rien, Taputu est battu.

C’est l’enquête sur ces violences qui va mettre les gendarmes sur la piste du trafic. Ancien SDF, le revendeur ne semble pas s’être enrichi, et c’est peut-être pour ça qu’il dit aujourd’hui que “c’est de la merde”, en parlant de l’ice.

 

Conso gratis et rêve de maison

 

Pour Victor, la rencontre avec l’ice s’est faite par bouleversement à la suite d’un accident grave qu’a subi sa fille. L’homme de 40 ans confirme qu’il est devenu fournisseur après avoir épuisé ses économies dans cette drogue. Son pourcentage sur la vente, “Cardinal” (c’est son surnom) le prend en doses d’ice. Il consomme gratis. Alors que ce bachelier a eu une société de construction de maisons, aujourd’hui il laisse entendre qu’il va se refaire en montant une pension aux Marquises. Les magistrats en ont douté.

Thierry (le seul assisté d’un avocat) apparaît aux yeux de la justice comme bien plus qu’un simple revendeur. Il commence à Paea, puis fait commerce d’ice dans un appartement à Faa’a où il est hébergé. Une voisine qui a vu le manège et une mère qui a peur pour ses deux fils mettront les gendarmes sur sa piste. En attendant, Thierry commence avec 50 000 F et achète toujours plus pour revendre toujours mieux.

Dans le milieu, il se fait un nom, on l’appelle “Seigneur”. Il prend part (au moins deux ou trois fois) à l’organisation d’opérations d’importation avec Amaru, Papy Ellis et les mules qui reviennent avec la drogue encapsulée dans leur corps. Il confirme avoir investi 800 000 F pour récupérer, après le partage, plus de 6 millions de francs. Lui ne se drogue pas et reconnaît qu’il trafique pour se construire une maison. Il a été interpellé dans une cabane et dit être demandeur d’emploi.

 

Sanctions exemplaires

 

L’enfance malheureuse de Taputu qui a vu son père rejoindre Nuutania à cause du paka, la déstabilisation de Victor après l’accident de sa fille et le passé sans histoire de Thierry n’ont pas ému une seconde la représentante du parquet qui a réclamé respectivement cinq, quatre et six ans de prison ferme pour faire un lien avec les peines proclamées dans le premier volet de l’affaire “Papy Ellis”.

Après ça, il a été compliqué pour l’avocat de Thierry d’expliquer que la perspective d’une incarcération viendrait “démolir sa réinsertion”. “Seigneur” lui-même a demandé pardon à ses clients qui étaient peut-être tombés malades et a tenté d’assurer qu’il avait changé, car il ne voulait pas que sa fille touche un jour à de l’ice.

Victor n’a rien voulu ajouter, tandis que Taputu a trouvé la demande du procureur “un peu trop lourde”.

Après un long délibéré, le tribunal correctionnel a condamné Taputu à trois ans de prison, ce qui s’ajoute à la peine qu’il purge déjà jusqu’en 2021. Condamné également à trois ans, Victor a été surpris d’être menotté à l’audience par une escorte de la police qui l’a conduit directement en prison. Menotté également sur place, Thierry s’est vu condamné à cinq ans de prison, pour la gravité de son implication et son statut de financeur de l’importation de drogue.

 

Compte rendu d’audience LDT

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete