Prisons – Nouvelles maisons d’arrêt et “Livre blanc”

    vendredi 7 octobre 2016

    prisons

     

     

    Manuel Valls a affirmé jeudi à Agen sa volonté d’“agir vite” pour lutter contre la surpopulation carcérale, annonçant la création de 33 nouveaux établissements pénitentiaires, avec neuf agglomérations concernées en priorité, ainsi qu’un “Livre blanc” sur les prisons avant mars 2017.

     

    Outre ces 32 maisons d’arrêt et un centre de détention, le plan gouvernemental prévoit la construction de 28 “quartiers de préparation à la sortie” et la réhabilitation de douze sites pénitentiaires ainsi que la construction de seize autres, a détaillé le Premier ministre, venu assister à Agen à la remise des diplômes de la 190e promotion des élèves de l’École nationale d’administration pénitentiaire (ENAP).

    Dans une première phase, plus de 3 900 cellules devront être construites, en priorité dans les régions connaissant une surpopulation carcérale élevée (Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur) et dans les régions où les projections de population pénale prévoient une évolution importante : le Sud-Ouest et le Grand-Ouest”, a-t-il affirmé. “Nous devons agir vite, car il faut en moyenne dix ans pour construire une prison”, a lancé le chef du gouvernement, qui va donc ordonner aux préfets de “trouver les terrains dans
    les plus brefs délais”, pour le 16 décembre, dans neuf agglomérations prioritaires.

    Les agglomérations “où la situation est la plus critique”, selon lui, sont : Nîmes ou Alès, Strasbourg, Toulouse, Nice, Avignon ou Carpentras, et Nantes ou Saint-Nazaire, ainsi que la Seine-Saint-Denis, le Val-d’Oise et le Val-de-Marne. Le garde des Sceaux avait présenté le 20 septembre un plan destiné à juguler la surpopulation chronique dans les prisons françaises, notamment par la construction de nouvelles cellules.

    Selon son rapport, au 1er août 2016, sur 68 819 personnes détenues, seules 26 829 bénéficiaient d’une cellule individuelle. Si le taux d’encellulement individuel était de 86 % dans les centres de détention et presque 95 % dans les maisons centrales, il était en revanche de seulement 19 % dans les maisons d’arrêt, qui accueillent des détenus en attente de jugement et des peines courtes (moins de deux ans).

     

    Sécurité et renseignement pénitentiaire

     

    Atteindre le taux de 80% d’encellulement individuel implique la réalisation de 10 000 à 16 000 cellules supplémentaires, pour un budget évalué entre 2,2 et 3,5 milliards d’euros”, a résumé le Premier ministre devant les 400 nouveaux élèves surveillants de prison rassemblés dans la cour de l’ENAP. “Parce que la rénovation du parc pénitentiaire s’inscrit nécessairement dans le temps long, je souhaite qu’avant mars 2017 soit établi dans un Livre Blanc le diagnostic des enjeux pénitentiaires de la France pour les vingt prochaines années”, a souligné Manuel Valls.

    Améliorer le parc pénitentiaire, c’est aussi améliorer les conditions de sécurité” pour les surveillants, a insisté le Premier ministre, évoquant les récentes mutineries et quelque 4 000 agressions de gardiens chaque année. Il a indiqué que des mesures visant à renforcer la sécurité seraient prises “rapidement” et qu’un nouveau service de “renseignement pénitentiaire” destiné à lutter contre la criminalité et le terrorisme en prison devrait être “opérationnel dès le début de l’année 2017”.

    Dans les dix années à venir (…) vous verrez nos prisons changer. Vous verrez le monde carcéral évoluer”, a conclu Manuel Valls à l’adresse des jeunes diplômés de l’ENAP. Plus de la moitié de cette promotion vient de Polynésie française pour être formée en vue de l’ouverture prochaine d’un nouveau centre pénitentiaire de Papeari (Tahiti) et les jeunes diplômés se sont bousculés, fleur de tiare à l’oreille, pour se faire prendre en photo avec le Premier ministre.

     

    AFP

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete