Habillage fond de site

Prix de l’électricité : La proposition de loi de Tina Cross encore une fois renvoyée

vendredi 3 mai 2019

Tina Cross ne lâche pas l’affaire face au monopole d’EDT-Engie. Photo : archives LDT

Tina Cross ne lâche pas l’affaire face au monopole d’EDT-Engie. (Photo : archives LDT)

Elle ne lâche rien. Valentina Cross, élue du Tavini, a présenté une nouvelle fois, hier matin, dans la commission de l’énergie de l’assemblée, une proposition de loi du Pays qui “a pour objet d’instituer un fonds de péréquation du prix de l’électricité pour permettre à tous les usagers polynésiens d’accéder au service public de l’électricité à un prix moyen maximum du kWh électrique établi au nom d’une volonté politique de solidarité”. Une fois encore, la majorité a botté en touche.

“Ma proposition de loi est une proposition pour instituer un dispositif de péréquation dans le domaine de l’électricité”, a-t-elle expliqué à La Dépêche de Tahiti, à la sortie de cette commission. “Elle n’est pas forcément faite pour baisser le prix de la facture, son objectif est de mettre fin à la “péréquation maison” qui est gérée aujourd’hui par EDT et perçue par elle dans toutes les concessions des îles qui sont dans son périmètre. Mais il y a des îles hors du périmètre d’EDT et qui vont arriver à échéance en 2020. Ces concessions et ces régies communales, qui font de la distribution d’électricité et qui ne perçoivent pas cette péréquation, c’est la croix et la bannière pour arriver à équilibrer le budget et offrir un service public digne de ce nom et sécurisé”. Dix-neuf îles sont concernées, a précisé l’élue.

 

Redonner la main au Pays

 

D’une certaine manière, la proposition de l’élue Tavini consistait à redonner la main au Pays. Elle avait déjà présenté celle-ci en septembre 2018 et en mars 2019, mais à chaque fois, elle a été retirée de l’ordre du jour.

Jeudi, le Tapura a demandé son retrait définitif, “moyennant quoi le gouvernement allait représenter son projet de loi incessamment sous peu mais j’ai refusé, c’est un dossier qui n’a que trop duré et ce, depuis 2015”.

Nuihau Laurey, le ministre des Énergies de l’époque, avait annoncé que cela faisait partie de leurs priorités. “En 2016, le gouvernement nous dit que cela était prêt et au moment de déposer à l’assemblée, cela a été retiré. On n’a jamais vu la couleur de leur projet de loi, des effets d’annonce, oui, mais pas le projet. On est en 2019 et nous sommes à la veille du renouvellement des concessions des îles. Si on ne le fait pas maintenant, cela sera râpé pour 2020”, fulmine Tina Cross.

 

Le projet du gouvernement déposé en septembre

 

Tea Frogier, ministre de l’Énergie, est tout de même venue en commission, mais pour soutenir le retrait de l’ordre du jour, ainsi que pour annoncer que le gouvernement a décidé d’attendre la session budgétaire pour déposer son projet.

La session budgétaire commence en septembre mais le projet peut très bien être déposé fin décembre. “Comment faire si cela n’est pas mis en place, comment la concurrence pourrait exister, sans connaître les conditions du marché ?”, s’interroge l’élue. “Pour moi, cette décision du gouvernement de dire le 2 mai que c’est reporté à la session budgétaire, c’est un statu quo scandaleux et cela n’augure rien de bon pour une concurrence équitable dans le domaine de l’électricité.”
“Nous finalisons également un projet de loi du Pays permettant la péréquation du prix de l’électricité entre toutes les îles. Ce projet sera également présenté à l’assemblée avant la fin de l’année”, avait pourtant promis le président Édouard Fritch lors de l’ouverture de la session budgétaire, en septembre dernier.

“Avec cette posture de repousser aux calanques grecques une fois de plus, ce n’est ni plus ni moins d’aménager le renouvellement des concessions pour la multinationale Engie. J’ai eu l’impression de voir le remake de Secosud, où un marché d’électricité très juteux pour 17 ans a été truqué par un groupe politique, qui a opéré des renversements de majorité dans les conseils municipaux des communes du Secosud afin d’attribuer le marché à la multinationale Engie”, a dit Tina Cross, qui n’a pas hésité à prendre, lors de cette commission de l’énergie, l’exemple du transport aérien avec l’ouverture à la concurrence, “qui a entraîné une baisse significative des prix des billets d’avion”.

La majorité a donc rejeté une fois encore cette proposition de loi, tout en préparant la sienne. Mais l’élue pugnace a promis qu’elle allait la redéposer le 1er septembre.

 

Christophe Cozette

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous que la visite de la ministre de la Justice au fenua pourrait régler le problème foncier ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete