Habillage fond de site

Projet de clinique à Punaauia : “Nous avons été abandonnés par le Pays”

jeudi 29 novembre 2018

CP Yves Gendron

Le Dr Gendron estime que le Pays s’abrite derrière un schéma d’organisation sanitaire, qui ne convient selon lui à aucun des acteurs privés, pour bloquer le projet Mana Ora : “Jamais un projet n’a été aussi élaboré depuis le CHPF.” Il demande que le gouvernement “respecte les parties prenantes en acceptant l’évidence et l’existant.” (Photo : Caroline Perdrix)

 

En décembre 2017, à l’issue dun appel à projets pour un pôle privé unique de santé, le Pays déclare n’avoir choisi aucun des deux projets Mana Ora, réincarnation de la clinique Cardella qui prévoit de se transférer à Punaauia, et le projet de la clinique Paofai, qui veut rester sur son emplacement du centre-ville. Les deux cliniques concurrentes nont pas lintention de faire projet commun, et ont présenté deux candidatures séparées.

Il ny a pas de ‘blocage’ entre nous, dit le Dr Gendron. Il y a deux sociétés commerciales différentes qui évoluent différemment, avec des actionnaires différents.” Un nouvel appel à projets, plus précis, était annoncé pour le premier semestre 2018. Près dun an après cette annonce, le Pays na toujours pas relancé d’appel remanié, et le permis de construire de Mana Ora nest valable que jusqu’en 2019.

 

Le soutien des maires et des élus de la côte ouest

 

Le schéma dorganisation sanitaire, adopté en février 2016, recommande un pôle privé unique de santé. Dans lesprit de beaucoup, c’était loccasion pour les cliniques privées de Papeete de se réunir et dinvestir pour quitter des structures malcommodes, trop petites et vétustes. C’est au nom de ce schéma que le ministère de la Santé a refusé, deux semaines après la décision de la commission de l’organisation sanitaire (COS), linstallation à Punaauia de la future clinique et linstallation dun IRM et dun scanner à Papeete, décisions confirmées par le tribunal administratif mais dont le Dr Gendron fait appel devant la cour administrative dappel de Paris.

Mais pour lui, il est temps de sortir de cette impasse : il estime que l’intérêt général n’est pas servi par ce schéma dorganisation sanitaire, et que son initiative privée est devenue otage du politique. Son projet est soutenu par le maire de Punaauia, qui souligne que la population combinée de Faa’a à Paea est déjà supérieure à la population de Papeete à Mahina.

Bien entendu que nous sommes pour ce projet, dit-il. Cest de l’intérêt général. Tout le monde connaît les problèmes de circulation quil y a, il faut quil y ait une structure côte ouest pour desservir Faaa, Punaauia, Paea et Papara. De plus, nous avons le grand projet hôtelier (le Tahitian Village, NDLR) qui va voir le jour. Tout le conseil municipal est pour, et je prévois de mobiliser mes collègues tavana de la côte ouest et nos élus à l’assemblée pour appuyer ce projet.

C.P.

 

 

 

 

La décision ne sera que politique, excessivement politique

Dr Yves Gendron, président du conseil dadministration de la SA Cardella

 

Quest-ce qui vous pousse à vous exprimer aujourdhui ?

Rien na bougé. Les travaux auraient pu commencer en janvier dernier. Six milliards de fonds privés sans défiscalisation, 300 millions dépensés en terrains et en études, 300 emplois sur trois ans et demi de travaux, cest quand même bête… Je sais quil y a des tractations derrière. La décision ne sera que politique, excessivement politique. Le maire de Papeete veut garder une clinique, Paofai veut rester à Papeete. Michel Buillard et Ronald Tumahai étaient daccord là-dessus, et le nouveau maire est vent debout pour que la clinique se fasse à Punaauia. C’est le sens de lhistoire démographique. Punaauia va bientôt devenir la première commune de Tahiti. Il faut quand même penser à la population. Nous avons eu une autorisation de transfert en 2014, le permis de construire deux ans et demi après. Puis Jacques Raynal est devenu ministre. Il s’est opposé au transfert et, comme on navait pas commencé les travaux, il a décrété que lautorisation était caduque.

 

Mais le Pays vous oppose le schéma dorganisation sanitaire (SOS)

Les rapporteurs du SOS avaient souligné la pertinence de linstallation à Punaauia ! Le SOS, c’est un schéma, comme il y a en a pour tout. Ce sont des recommandations et il peut être changé à tout moment il a déjà changé, d’ailleurs, puisquils ont donné récemment des autorisations de cinq ans aux trois établissements, ce qui est déjà en dehors du SOS. Ça ne repose sur rien. Regrouper, cest un mot qui est venu à un moment, on a parlé de fusion, de faire des économies. Mais des économies pour qui ? On parle dentreprises privées, cest notre problème de gestion.

 

On vous a également refusé l’installation à Papeete dune IRM et dun scanner, au nom de ce schéma ?

C’est honteux, cette histoire dIRM. Dun point de vue médical dabord ; un patient qui a un cancer et à qui on dit quon ne peut pas commercer le traitement tant quon na pas lIRM, et quil faut trois à six mois pour avoir rendez-vous… c’est inadmissible. En France, si on vous trouve quelque chose à la consultation, on vous fait la radio, l’échographie, dans la foulée le scanner, le lendemain la ponction, deux jours après lIRM : dans la semaine, vous savez ce que vous avez, le pronostic et le traitement quon peut vous proposer.

 

La concurrence fait-elle du lobbying contre le projet de Punaauia ?

Je ne sais pas. La clinique Paofai prétend quelle est en train de retaper son bâtiment – c’est vrai mais ils y vont doucement parce quils nont pas de sous et quelle peut y caser tout un pôle privé. Maintenant, on ne fera jamais du neuf avec du vieux, je suis désolé. Et je persiste à dire quune clinique à l’entrée de la ville, sur un front de mer qui est dédié au tourisme, n’est pas la meilleure idée. Pour Cardella, cest pareil : cest un établissement vétuste, construit en 1965. Depuis plus de dix ans, nous prêchons pour une délocalisation de la clinique parce quon ne peut pas évoluer ici centre-ville, pas de parking, je ne peux pas construire plus et les terrains à Papeete sont inexistants ou hors de prix.

C’est une situation difficile à vivre, dautant plus que nous avons toujours été encouragés par tout le monde, y compris Édouard Fritch et la CPS (Caisse de prévoyance sociale, NDLR). Les médecins inspecteurs de la santé nous ont dit : ‘vous avez été abandonnés par le Pays.

Propos recueillis par C.P.

 

 

Chrono : retour sur cinq ans de tergiversations

Janvier 2014 : La clinique Cardella obtient son autorisation de changement dimplantation, valable trois ans. 129 lits sont prévus.

Février 2016 : Adoption du schéma dorganisation sanitaire (SOS), qui recommande la création dun pôle de santé privé unique.

Mai 2016 : Punaauia change son plan de prévention des risques (PPR) et crée une zone rouge clairconstructible sous conditions de consolidation du terrain, qui permettrait à Mana Ora de simplanter derrière la mairie.

Août 2016 : Obtention du permis de construire valable deux ans, reconductible pour un an.

Janvier 2017 : Jacques Raynal est nommé ministre de la Santé.

Avril 2017 : Le tribunal administratif annule la modification du PPR.

Juin 2017 : Le Pays lance un appel à projets pour un pôle de santé. Les cliniques Cardella et Paofai présentent chacune un projet.

12 décembre 2017 : La commission de lorganisation sanitaire (COS) ne tranche pas et dit préparer un nouvel appel à projets.

27 décembre 2017 : Plusieurs arrêtés du ministère de la Santé refusent, au nom du schéma dorganisation sanitaire, lautorisation de création dun pôle privé unique de santé dénommé Mana Ora sur le site de Punaauia, présentée par la SA Clinique Cardella, linstallation à Papeete dune IRM et d’un scanner.

Mai 2018 : La clinique Cardella attaque au tribunal administratif la convention sur la mise en place de la maison médicale de gardeau CHPF exploitée par la société commerciale Taote MedEx, que Jacques Raynal avait créée et dont il assure n’être plus partie prenante depuis sa nomination au gouvernement.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete