Habillage fond de site

Un projet nouveau : Makatea, phosphate et escalade

mardi 19 juin 2018

makatea escalde

Fin novembre, des jeunes de l’île ont été initiés avec succès à la discipline. (© François Pratique)

Le bureau de l’association de préservation environnementale Te Rupe no Makatea s’est réuni, samedi dernier, à Faaone. L’occasion pour les deux invités du jour, François Pratique, président de l’association Vertical Limit, et Frédéric Salle, cadre technique à la Fédération française de la montagne et de l’escalade, de revenir sur les atouts de cette petite île de l’archipel des Tuamotu, suite à une entrée en matière survenue en fin d’année dernière.

Le projet d’escalade à Makatea ne date pas d’aujourd’hui. Ça fait déjà plusieurs années que j’y pense, en lien avec les pi’imato, ces grimpeurs qui étaient désignés pour remonter les défunts dans les cavités des falaises. On s’est rendu sur place, ensemble, pendant une semaine, fin novembre 2017. Pour eux, ça a été l’occasion de découvrir le terrain et de proposer une initiation aux jeunes”, confie Dany Pittman, présidente de Te Rupe no Makatea et native de l’île.

Frédéric Salle confirme que les apprentis grimpeurs “ont réagi avec curiosité et envie”. Le guide de haute montagne est lui-même tombé sous le charme de l’atoll surélevé.

 

 

Grimpeurs locaux et internationaux

 

 

“Il y a un linéaire de falaise qui fait environ 16 km et le rocher relève de l’escalade sportive, en termes de gestuelle et de variété. C’est du calcaire, roche de prédilection pour l’escalade, et il y a beaucoup de colonnes, ce qui correspond à la mode actuelle. C’est un site très attractif, avec un fort potentiel. On a identifié plusieurs secteurs intéressants pour positionner des voies, tout en prenant en compte les zones culturelles et environnementales à préserver”, précise-t-il.

Si les grimpeurs sont autonomes, leur présence sur île pourrait toutefois contribuer à développer divers secteurs,
tels que l’hébergement, la restauration et les activités touristiques annexes.

“Généralement, c’est un public tourné vers le tourisme vert. Les Calédoniens veulent déjà venir, les Australiens et les Néo-Zéalandais sont motivés, sans oublier les Japonais et les Américains, plus proches que les Européens. Il y a aussi des grimpeurs locaux : quand il y avait le mur d’escalade à l’université, ils étaient cent trente. Or, pour l’instant, en site naturel, il n’y a rien en Polynésie”, indique Frédéric Salle. Cet avant-projet devrait être présenté à la population de Makatea, ainsi qu’au maire de Rangiroa, au mois d’août.

“Pour que ça fonctionne, il faudra être en parfaite harmonie. L’escalade à Makatea, c’est une ouverture importante, avec des perspectives d’emploi et de développement durable”, mentionne Dany Pittman. L’idée commencerait d’ailleurs à susciter un regain d’intérêt, y compris du côté de l’entrepreneur australien Colin Randall, favorable à la relance de l’exploitation du phosphate, via la société Avenir Makatea.

 

A.-C. B.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete