Protocole d’accord de fin de conflit signé à Air Tahiti

    samedi 4 juin 2016

    Les protocoles d’accord concernant les PNT, PNC personnel au sol et dans les escales ont été signés vendredi, dans les locaux d’Air Tahiti après 18 jours de grève.  La direction a confirmé que le bilan financier de cette grève serait très lourd pour la compagnie.
    Le plan social dans les îles fera l’objet de rencontres avec les centrales syndicales “pour voir dans quelles mesures les dispositions
    de ce plan social pourraient être améliorées dans l’intérêt des salariés”.

    C’est signé ! Après 18 jours de grève, les protocoles de fin de conflit à Air Tahiti ont été signés, hier, vers 16 h 30, par l’intersyndicale composée des syndicats CSIP, CSTP/FO, Otahi, O Oe to oe rima et le SATA et la direction.
    Les PNC (personnel navigant de cabine), les PNT (pilotes), le personnel au sol et les personnels d’escale ont ratifié leur protocole d’accord respectif en présence de la direction d’Air Tahiti représentée par le PDG, Joël Allain, et le directeur général, Manate Vivish.
    Si chacun estime avoir rempli le contrat vis-à-vis de ses actionnaires pour l’un, et des salariés en grève pour les autres, il est évident que ces 18 jours de grève vont laisser des traces comme n’a pas manqué de le souligner Joël Allain.

    “Ce genre de conflit n’a pas de vainqueur. L’entreprise va devoir s’expliquer et répondre aux questions posées par les autorités et par d’autres personnes sur de nombreux sujets.
    Même si l’on fait le maximum pour que les conséquences de cette grève soient les plus minimes possibles, il y aura des traces et des blessures.

    La plus grande blessure à laquelle nous allons être tous confrontés arrivera dans quelques années avec l’arrivée d’un probable concurrent que tous les clients attendent.
    Je pense que si nous ne sommes pas bien armés pour faire face à cette concurrence, nous serons vite laminés.
    Nous n’avons pas d’autres choix que d’être efficients puisque l’ouverture à la concurrence paraît inexorable dans notre domaine d’activité, comme d’ailleurs dans le domaine de la grande distribution.
    Nous avons su résister une première fois à l’arrivée d’un concurrent et il faut espérer que les salariés soient une nouvelle fois solidaires en interne pour affronter ce nouveau défi.”

    Pas de pression sur le personnel en grève

    Joël Allain s’est également montré rassurant sur son état d’esprit après cette grève, en assurant qu’il ne ferait aucune différence entre les grévistes et les non-grévistes qui sont tous “les enfants d’Air Tahiti” et pour lesquels il apportera “une attention égale”.
    Joël Allain a également confirmé que le temps du bilan financier de cette grève était arrivé, bilan qu’il qualifie déjà de “très lourd pour l’entreprise”, tout en rappelant le soutien sans faille des administrateurs, “qui attendent plus de l’entreprise puisqu’Air Tahiti n’a pas distribué de dividendes depuis plus de huit ans”.

    À l’issue de la signature du protocole de fin de conflit, hier, les PNT et les PNC ont immédiatement repris le travail, alors que les autres catégories de personnel ne devraient recommencer le travail qu’à 0 heure, ce matin.
    La compagnie aérienne devrait retrouver une activité normale, voire  “très soutenue” selon la direction dès aujourd’hui pour rattraper les retards d’embarquement.

    Pascal Martin

    Manate Vivish, directeur général d’Air Tahiti “Il n’y a aucun gagnant à l’issue de cette grève, mais un grand perdant qui est l’entreprise”

    “Le bilan financier de cette grève sera assez lourd puisqu’il se chiffre en centaines de millions de francs. Le bilan humain est lui aussi assez lourd et compliqué puisque l’entreprise et les personnels ont souffert de cette grève. Je tiens d’ailleurs à remercier du fond du cœur les personnels qui se sont donnés à fond pour que l’entreprise continue de fonctionner malgré la grève, et qui ont été obligés d’effectuer des tâches qui n’étaient pas les leurs habituellement. Il faudra tirer des leçons sur le plan humain et surtout ne pas perdre de vue qu’il n’y a aucun gagnant à l’issue de cette grève, mais un grand perdant qui est l’entreprise. Le temps est revenu pour tous les salariés s’unissent pour reconstruire et avancer ensemble pour le bénéfice des usagers, des populations des îles et des touristes. En ce qui concerne le plan social dans les îles, nous avons convenu de nous revoir au début du mois d’octobre avec les centrales syndicales pour voir dans quelles mesures les dispositions de ce plan social pourraient être améliorées dans l’intérêt des salariés. De toute façon, il n’était pas prévu que les mesures de réduction du temps de travail s’appliquent dans l’immédiat, mais plutôt vers la fin de l’année. Nous nous sommes engagés à nous déplacer dans les îles pour rencontrer toutes les personnes concernées afin de voir avec elles les solutions pour qu’elles soient le moins impactées par ce plan.”

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete