Habillage fond de site

Un proxénète de mineures condamné à 8 ans de prison ferme

mercredi 14 mars 2018

 

Pour l’avocat de l’une des quatre victimes de l’affaire de proxénétisme, le prévenu est un “pervers manipulateur”.

Pour l’avocat de l’une des quatre victimes de l’affaire de proxénétisme, le prévenu est un “pervers manipulateur”.

“C’est un dossier qui met profondément mal à l’aise”, a résumé l’avocat de l’une des quatre victimes de l’affaire de proxénétisme, jugée hier par le tribunal correctionnel de Papeete. Un malaise né de la personnalité de l’accusé, “un pervers manipulateur”, pour l’avocat, “comme une anguille qui navigue en eaux troubles, tout en allant dans le sens du vent.”

À la barre, comme décrit par les conseils, l’homme de 40 ans “présente bien, est charmeur, souriant” et a même joué auprès des victimes le rôle “d’assistant social” attirant des filles parfois mineures, mais toujours en difficulté, avec de l’argent, en fait “de vaines promesses.”

C’est le cas de la lycéenne qui avait dénoncé les faits faute de récupérer l’argent des trois à quatre passes faites par jour pour un tarif allant de 10 000 à 30 000 F. La jeune fille violentée par son beau-père avait fugué.

Se trouvant SDF et sans ressource, elle avait cédé. “J’ai accepté parce que j’avais besoin d’argent”, avait-elle admis durant l’instruction. L’argent ne servait finalement qu’à payer le loyer mais aussi le pakalolo et l’alcool qui étaient consommés dans l’appartement du proxénète, devenu le lieu de fête de nombreux adolescents en manque de repères, où il était surnommé “parrain”.

L’homme, bisexuel assumé, a également profité de ces bringues pour abuser d’un adolescent inconscient. C’est par les réseaux sociaux que l’homme proposait “ses filles” ou se vendait lui-même.

Déjà condamné à 4 ans de prison ferme pour agression sexuelle sur mineur, l’homme, père de cinq enfants, était devenu SDF après avoir été quitté par sa femme. Il était passé, il y a quelques mois, devant le tribunal après s’être acheté un luxueux 4×4 avec un chèque volé à son père.

Dans son réquisitoire, hier, le procureur s’est attaqué à la personnalité dangereuse du prévenu et son “exploitation d’une jeunesse en déshérence” avant de rappeler que la prostitution des mineurs “est assez courante à Tahiti”. Il a voulu envoyer un message aux parents : “Il est inadmissible qu’un mineur reste une semaine en dehors de la maison. Mais si l’enfant est difficile, il ne faut pas le mettre à la rue. C’est aussi un métier d’être parent.” Et de requérir 7 ans. Les juges ont finalement décidé de le condamner à 8 ans de prison et de le maintenir en détention.

F.C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French bee propose un aller retour PPT - San Francisco à moins de 40 000 F :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete