Proxima b: une exoplanète où « toutes les formes de vie » pourraient être possibles

    mercredi 24 août 2016

    proxima

     

    Proxima b, nouvelle « zone habitables » ?

     

    L’exoplanète Proxima b, dont des chercheurs ont annoncé la découverte mercredi, pourrait venir grossir le rang des dizaines d’autres planètes situées dans des « zones habitables », où « toutes les formes de vie sont possibles », estime Jean Schneider, astrophysicien CNRS à l’Observatoire de Paris.

     

    Qu’est-ce qu’une exoplanète ?

    Une exoplanète est une planète qui tourne autour d’une étoile en dehors du Système solaire. Une exoplanète ne fait pas plus que quelques dizaines de fois la masse de Jupiter, la plus grosse planète de notre système solaire.

    A ce jour, on a trouvé près de 3.500 exoplanètes avérées plus quelques milliers de candidates qui requièrent des analyses supplémentaires.

    Proxima b, si son existence est confirmée, est plus intéressante que les autres car elle se trouve autour de l’étoile la plus proche de nous et laisse l’espoir d’y aller un jour.

     

    Comment les détecte-t-on ?

    Il y a trois techniques. La plus évidente, c’est de prendre l’exoplanète en photo. C’est la méthode la plus prometteuse, sur laquelle le plus de gens travaillent.

    La deuxième méthode, c’est celle utilisée pour Proxima b. Si le mouvement d’une étoile est perturbé alors c’est qu’il y a une planète qui la perturbe sous l’effet des lois de la gravitation. C’était la technique la plus rentable jusqu’à 2010.

    Puis le télescope américain Kepler a été lancé. Il utilise une autre méthode: celle des transits. Si l’orbite de la planète est correctement inclinée dans le ciel par rapport à nous, périodiquement la planète passe devant son étoile.

    Elle produit alors un petite éclipse, qu’on appelle aussi un transit. Avec cette méthode, Kepler a détecté plusieurs milliers de planètes.

     

    Y a-t-il une chance d’y trouver la vie ?

    Sur les milliers d’exoplanètes confirmées, seules quelques dizaines sont, comme Proxima b, dans une zone habitable, c’est à dire la zone autour de l’étoile où une planète a une température compatible avec la présence d’eau à l’état liquide.

    La température est un critère suffisant pour qu’elle soit habitable mais ça ne veut pas dire qu’elle soit habitée, qu’il y est vraiment des organismes biologiques. Mais à partir de là, toutes les formes de vie sont possibles. L’éventail est extrêmement large.

    Les propriétés de l’atmosphère peuvent également jouer un rôle. Pour Proxima b, il faudra vérifier si la densité de son atmosphère est suffisante pour protéger la planète des forts rayons X de l’étoile. Ou bien alors penser à une forme de vie qui s’adapte aux rayons X !

    Il faut être extrêmement ouvert sur ce que l’on appelle la vie. Déjà sur Terre, il y a une grande biodiversité.

    La vie s’adapte à presque toutes les circonstances. On a trouvé des organismes biologiques au fond de l’Antarctique, des bactéries survivent dans les centrales nucléaires, alors sur d’autres planètes, il peut y avoir bien d’autres choses encore. 

     

    (AFP / 24 août 2016)

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete