PS, UMP et FN : les trois grands partis pensent à changer de nom

    mercredi 22 octobre 2014

    Des responsables des trois grands partis de France ont indiqué au cours des dernières semaines réfléchir à un changement de nom pour leur formation politique.

    Parti socialiste (PS)

    Sur fond de déchirements entre les différentes ailes du parti, le Premier ministre Manuel Valls a proposé mercredi de « bâtir une maison commune » de « toutes les forces progressistes », et s’est dit « pourquoi pas » favorable à un changement de nom du Parti socialiste.
    Le Premier ministre, alors député, avait déjà porté cette idée en 2007 et en 2011, préconisant notamment d’abandonner le mot « socialisme » qu’il jugeait « dépassé ». 
    Le patron du parti, Jean-Christophe Cambadélis, a réagi auprès de l’AFP mercredi en affirmant qu’il préférait que l’on « garde » le « beau nom » de parti « socialiste« . 
    Le Parti socialiste a été fondé en 1971 au congrès d’Épinay, où François Mitterrand était alors devenu premier secrétaire du parti, avant de gagner les élections présidentielles dix ans plus tard.

    Union pour un mouvement populaire (UMP)

    Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l’UMP, veut « chambouler » de « fond en comble » le mouvement : « Je vais changer le nom du parti, mettre en place une nouvelle organisation, installer une relève et faire revenir les adhérents et donateurs pour redresser les comptes », a-t-il prévenu.
    Contrairement à lui, ses concurrents Bruno Le Maire et Hervé Mariton ne souhaitent pas changer le nom de leur parti, jugeant pour l’un ne pas vouloir « de grand chambardement qui mettra le parti par terre », l’autre estimant que vouloir changer de nom est « un aveu de faiblesse ».
    L’Union pour un mouvement populaire est née en 2002, de la fusion entre le Rassemblement pour la république (RPR), Démocratie libérale et une part importante des centristes de l’Union pour la démocratie française (UDF).

    Front national (FN)

    Marine Le Pen, présidente du parti, a déclaré le 18 octobre que la question du changement de nom « mérite d’être posée », et que les militants pourraient être interrogés sur le sujet « d’ici à quelques mois », confirmant une information du numéro 2, Florian Philippot.
    Fort de ses récents succès électoraux, le parti s’interroge sur un nouveau nom qui pourrait élargir son audience. Mais au sein de la formation d’extrême droite, cette question fait figure de ligne de partage entre anciens et modernes.
    Le président d’honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, a en effet estimé qu’un tel changement reviendrait à « tromper les gens » et représenterait une « trahison des militants qui ont construit le mouvement », tranchant : « C’est un débat tout à fait inutile. »
    Fondé en 1972, le « Front national pour l’unité française » s’est très vite appelé « Front national« . 

    AFP

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete