Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Punaauia – La fourrière intercommunale ouvrira ses portes le 7 octobre

jeudi 24 août 2017

fourrière punaauia

La fourrière intercommunale de Punaauia et Paea sera opérationnelle à partir du 7 octobre. (© Élénore Pelletier)


Un appel d’offres publié par la mairie de Punaauia au Journal officiel suscite la polémique sur Facebook depuis lundi. Il concerne le recrutement de personnel pour la capture d’animaux errants et le ramassage de cadavres d’animaux sur la voie publique. Un simple renouvellement de convention établie depuis trois ans et qui arrive à son terme, mais qui inquiète avec l’ouverture prochaine de la fourrière intercommunale de Punaauia et Paea.

“Habitants de Punaauia et des environs, attention, l’appel d’offres pour le recrutement du personnel qui attrapera les chiens “errants” est sorti ! Tout va aller très vite à présent. Gardez bien vos chiens derrière vos portails fermés et faites-les vite identifier !”

Depuis lundi, cette publication diffusée sur Facebook par le Service de protection animale en Polynésie (Spap) fait le buzz. Pour illustrer le propos : l’image d’un fusil utilisé pour euthanasier les animaux.

En moins de trois jours, ce post a été partagé 157 fois et a reçu par moins de 78 réactions et 38 commentaires. Si certains louent cette “belle initiative”, d’autre craignent qu’elle ne donne lieu à une véritable “rafle” des chiens divaguant, pour alimenter quelques restaurants de la place…

En réalité, il s’agit pour la mairie de renouveler une convention instaurée en 2014.

Depuis 2010, la loi impose aux communes de s’occuper de leurs chiens errants. En 2011, le maire a souhaité que les muto’i soient formés à la capture des chiens dangereux ou agressifs sur le territoire communal et nous avons ainsi reçu l’intervention d’un formateur de la Presqu’île, spécialisé en la matière. Mais nous ne sommes pas devenus des experts pour autant. Face aux difficultés rencontrées sur le terrain avec certains animaux, le conseil municipal a décidé de passer une convention avec un prestataire pour aider les muto’i dans leurs tâches. La toute première a été signée en 2014, puis renouvelée deux années de suite. Il était temps de lancer un nouvel appel d’offres”, explique-t-on à la police municipale de Punaauia.

Cette convention concerne aussi le ramassage de cadavres d’animaux sur la voie publique.

Rien ne va changer, si ce n’est qu’aujourd’hui, la capture s’opère uniquement auprès des chiens agressifs ou malades signalés par les administrés. Mais avec l’ouverture prochaine de la fourrière animale intercommunale de Punaauia et Paea, les chiens errants, même s’ils ne présentent pas de danger, seront également concernés.

 

“Entre quatre et dix chiens par mois”

 

“Aujourd’hui, nous capturons entre quatre et dix chiens par mois. Nous nous limitons aux cas les plus critiques, car nous n’avons pas de structure pour les accueillir. Ceux que nous attrapons sont directement envoyés chez un vétérinaire avec qui nous avons une convention, pour être euthanasiés. Il est sûr qu’avec l’ouverture de la fourrière, le nombre de captures augmentera et s’étendra à tous les chiens errants, puisqu’elle pourra accueillir jusqu’à 20 animaux en même temps”, précise la police municipale de Punaauia.

Avant toute capture, les muto’i assurent qu’une enquête de voisinage sera effectuée pour retrouver les propriétaires des animaux concernés, ce qui est d’ailleurs déjà le cas lors de leurs interventions. Par la suite, le Syndicat intercommunal pour la gestion de la fourrière animale (Sigfa) gardera les animaux durant huit jours, selon les textes en vigueur, période pendant laquelle il aura l’obligation de rechercher leurs maîtres s’ils en ont, avant de les faire euthanasier par un vétérinaire, puis – grande nouveauté – incinérer. Les associations ou les particuliers pourront également se rendre sur les lieux pour adopter un animal s’ils le souhaitent.

À Paea, partie prenante dans la toute nouvelle fourrière intercommunale au même titre que Punaauia, la commune enregistre chaque année près d’une cinquantaine de plaintes d’administrés au sujet de chiens errants ou dangereux, mais n’intervient pas encore en matière de capture.

À la mairie de Paea, on assure que des formations devraient prochainement être dispensées auprès des muto’i, afin qu’ils soient opérationnels à l’ouverture du site.

 

É.P.

 

fourrière punaauia fourrière punaauia

551
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete