Habillage fond de site

Punaruu – De nombreux projets pour protéger la vallée

jeudi 11 janvier 2018

MANUTEA

Depuis plus d’un an, l’association s’attelle à baliser et à sécuriser les sentiers menant au plateau des orangers. (© DR)


Depuis que des jeunes ont repris les rênes de l’association pour la protection de la vallée de la Punaruu, les projets fusent et semblent ne plus vouloir s’arrêter. Pour l’année 2018, plusieurs projets d’envergure devraient être mis en place. Le bilan des actions 2017 a été très satisfaisant.

Depuis que des jeunes ont repris les rênes de l’association pour la protection de la vallée de la Punaruu, à Punaauia, les projets fusent et semblent ne plus vouloir s’arrêter. Ainsi, pour l’année 2018, plusieurs projets d’envergure devraient être mis en place.

 

• Sécurisation des sentiers

Le sentier Te Rata, également appelé sentier des pinus, est aujourd’hui fragilisé par le vieillissement des trente pins des Caraïbes qui le bordent.

Le sentier est situé sur une crête et à chaque épisode venteux, les arbres qui atteignent aujourd’hui plusieurs dizaines de mètres menacent d’être déracinés.

L’association prévoit de faire intervenir un prestataire extérieur, spécialisé dans le bûcheronnage en milieu dangereux, pour tailler les arbres de moitié, au moins pour la moitié d’entre eux.

Les travaux démarreront en février. Une convention a été signée avec la société de transport d’énergie électrique polynésienne (TEP) qui a décidé de rembourser l’intégralité des travaux qui seront entrepris par l’association à cet effet.

Autre zone à risques : le premier tronçon du sentier menacé par des éboulements de pierres. Depuis les inondations de février dernier, les membres de l’association ont constaté de nombreuses chutes de pierres de tailles importantes sur cette zone.

La sécurisation des parois de la montagne à cet endroit s’avère aujourd’hui indispensable. Là encore, ce type de chantier nécessitera l’intervention de prestataires spécialisés.

Enfin, l’association prévoit de remettre en service le sentier, juste après le parking, qui permettait d’atteindre la passerelle servant à traverser la rivière lorsque celle-ci était en crue. Celui-ci n’a pas survécu aux inondations de 2017. Randonneurs et porteurs d’oranges sont aujourd’hui obligés de traverser la rivière à pied.

 

• Recensement et cartographie des marae et sites archéologiques de la haute vallée de la Punaruu

L’an passé, l’association avait répondu à l’appel à projets lancé par la mairie de Punaauia dans le cadre du livre blanc et de la protection de la vallée de la Punaruu et avait ainsi obtenu une enveloppe de 300 000 F pour entreprendre le recensement et la cartographie des marae et des sites archéologiques de la haute vallée de la Punaruu. Somme à laquelle l’association a ajouté 332 000 F pour financer l’intégralité de l’opération.

Il y aurait, selon les porteurs d’oranges, près d’une vingtaine de marae rien que sur le plateau de Tamanu.

Certains estiment à cinquante le nombre de sites archéologiques présents sur toute la haute vallée de la Punaruu.

Leur recensement permettra ensuite aux membres de l’association d’intervenir sur les sites souffrant de l’invasion des espèces végétales envahissantes, pour procéder à leur arrachage.

 

• Recrutement de quatre salariés et de dix personnes en contrat d’accès à l’emploi (CAE) pour aider l’association dans ses actions

L’association souhaite monter une équipe spécifiquement dédiée à la lutte contre les espèces végétales envahissantes, afin de renforcer son action dans ce domaine.

Pour cela, elle envisage de recruter une dizaine de CAE ainsi que quatre salariés à raison d’une semaine par mois chacun, pour les piloter et les encadrer. Leur mission s’étendra également à l’entretien de la pépinière et du fa’a’apu du refuge.

Ces embauches sont pour le moment conditionnées par l’acceptation du Service de l’emploi, de la formation et de l’insertion professionnelles et le soutien financier de la mairie de Punaauia.

 

• Travaux sur la réglementation de la vallée de la Punaruu

L’association souhaite travailler avec la mairie sur la mise en place d’une réglementation visant à interdire l’accès aux chiens dans la haute vallée de la Punaruu et à contrôler le transport des plantes de la basse vallée à la haute vallée.

Elle recherche également à recruter une personne en corps de volontaires au développement (CVD) pour  travailler sur la mise en place d’un plan de gestion de la haute vallée.

 

Élénore Pelletier

 

Projet punaruu

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, sera au fenua à partir du 21 janvier. Pensez-vous que sa venue sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete