Quai des îles : une affaire loin d’être finie

vendredi 27 février 2015

En octobre 2012, le Quai des îles, restaurant implanté à la Marina Taina, était ravagé par un incendie. Depuis, un litige oppose l’ancien gérant de l’établissement et le Port Autonome, propriétaire des lieux. Un contentieux qui traduit les problèmes de communication entre le Port Autonome et deux restaurants situés à la Marina Taina.

Plus de deux ans après avoir été dévastés par un incendie, les locaux de l’ex-Quai des îles seront à nouveau opérationnels fin mars-début avril. Sous une autre enseigne. Depuis la reconstruction du restaurant, le Port autonome, propriétaire de la Marina Taina, a lancé un appel d’offres pour trouver le nouveau gérant de l’établissement.
Si en apparence l’histoire semble réglée, il n’en est rien. Les relations seraient conflictuelles entre les anciens dirigeants du Quai des îles et Mario Banner Martin, directeur du Port autonome.
Pour mieux comprendre, petite rétrospective. Il est minuit passé lorsque le Quai des îles prend feu, au début du mois d’octobre 2012. Les pompiers, alertés, trouvent le local vide. Les employés ont quitté les lieux à la fermeture du restaurant, soit plus d’une heure avant le début du sinistre. L’absence de témoins et le manque d’indices sur l’origine de l’incendie sont les éléments déclencheurs d’un litige judiciaire qui dure depuis deux ans.
“Ils nous ont mis dehors”. Cette phrase a été prononcée par une source proche de l’affaire qui oppose l’ancienne gérance du Quai des îles au Port Autonome. “Ils essayent de dire que c’est de notre faute si le restaurant a brûlé”, déclare la source.
Suite à l’incendie dévastateur, les assurances sont intervenues pour établir les responsabilités. Une première expertise a établi que le feu provenait de la partie construite par le Port, mais elle a été contestée par l’assurance du Port autonome.
À la demande de ce dernier, une seconde investigation a alors été effectuée. Cette fois, la faute a été attribuée à l’exploitant. Raison pour laquelle le Port autonome n’a pas souhaité lui renouveler son contrat.

Relations tendues

Par ailleurs, la direction du Port réclame plus de 7 millions de  francs au gérant du restaurant qui a brûlé.
“Ils nous doivent énormément de loyers”, affirme Mario Banner. Déclaration que conteste vivement la partie adverse. Dans cette affaire, une seule certitude : ce ne sera plus le Quai des îles. Cette table, autrefois très appréciée, sera remplacée dans quelques mois par un restaurant, un magasin ou par des bureaux à louer.  
“Nous sommes conscients que ce serait mieux qu’il y ait deux restaurants”, déclare Mario Banner. Mais devoir gérer deux restaurants à la fois est devenu “intenable”, considère le directeur du Port autonome. “Un restaurant n’est pas fait pour organiser des soirées de beuveries, des mariages, ou encore des présentations de mode”, déclare-t-il, pointant ainsi du doigt le Pink Coconut, restaurant/bar voisin de l’ancien Quai des îles.
Du côté des restaurateurs, on confie qu’il n’est pas possible d’avoir “de bonnes relations commerciales avec le Port autonome”. Pour plusieurs raisons : des loyers qui augmentent sans motif, de nombreuses factures à payer, des reproches non fondés. Du côté du Port autonome, on déplore que les restaurants ne veuillent participer ni à la sécurité (en employant des vigiles), ni aux charges communes qui concernent par exemple l’éclairage du parking.
“C’est la marina qui paie. Ce n’est pas à elle de payer cela”, estime Mario Banner-Martin.
Un point de vue que Teiva LC, chanteur connu du grand public mais aussi cogérant du Pink Coconut ne partage pas : “Jusqu’à preuve du contraire, le parking n’est pas exclusivement réservé à la clientèle du Pink”.
Un des restaurateurs est persuadé d’une chose :“Ils (le Port Autonome et la Marina Taina, N.D.L.R.) espèrent reprendre les deux restaurants”.
Une assertion que dément Mario Banner. “Notre intérêt est de louer ces emplacements. Nous n’allons pas construire des établissements en ne laissant personne pour les diriger”.

Nadia Yonker

Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER 2015-03-13 04:29:00
Tiens, le port autonome - au sein de l'autonomie française de la Polynésie hohohohoho -, et ses règles autonomoritaires comme en matière de flicailleries sur le port à Papeete, refait parler de lui hohohohoho rollstahiti@gmail.com
    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete