Qualité des eaux de baignade : le secret de Bora Bora

    samedi 9 avril 2016

    Année après année, les rapports du centre d’hygiène et de salubrité publique montrent combien il fait bon se baigner à Bora Bora. La Perle du Pacifique n’a qu’une explication : son réseau public d’assainissement des eaux usées, auquel sont reliés tous les foyers et hôtels de l’île, qui épargne son lagon. Les communes de Tahiti sont urgemment appelées à faire de même. 37 % des points contrôlés en mer étaient impropres à la baignade, l’année dernière.

    La Perle du Pacifique ne déroge pas à sa réputation. Voilà des années qu’elle affiche un lagon de qualité “excellente”, propre à la baignade en tout lieu.  
    C’est ce qui ressort, une fois encore, des contrôles réalisés en 2014 et 2015 par le centre d’hygiène et de salubrité publique (CHSP).
    Depuis 1985, cet organisme, rattaché au ministère de la Santé, analyse annuellement la qualité bactériologique des eaux de baignade de Tahiti, Moorea, Raiatea, Tubuai et Bora Bora.
    En comparaison avec le score à trois chiffres de cette dernière, l’île capitale, elle, n’affichait que 63 % de points propres à la baignade en mer en 2015 (lire ci-dessous).
    Certes, les quelque 10 000 habitants de Bora Bora ne pèsent pas lourd à côté des 183 000 de Tahiti. Mais la Perle accueillerait tout de même 150 000 touristes par an, selon la mairie, soit l’immense majorité des visiteurs de la Polynésie. Alors, avec tous ses hôtels, comment fait-elle ?
    “Tout simplement, on collecte l’ensemble des eaux usées”, répond Maireraurii Leverd, directrice générale des services. Chaque jour, 3 000 m3 d’eau rejetés par les foyers et les complexes hôteliers sont traités par les deux stations d’épuration de l’île.
    La première a permis de relier, dès 1993, les hôtels installés au sud. La municipalité investit actuellement 150 millions de francs pour la moderniser et améliorer son rendement.
    “Auparavant, chaque hôtel avait sa propre station, mais au moindre problème, il polluait le lagon…”, se souvient la directrice.
    Face à l’évolution de la population et à l’expansion des constructions sur les motu, une seconde station a été créée en 2005. “Après traitement, une partie des eaux est rejetée en océan et, pour économiser l’eau potable, l’autre est transformée en eau d’arrosage ou en eau industrielle grâce à un procédé d’ultrafiltration, lauréat du trophée de l’innovation Suez en 2005”, souligne Maireraurii Leverd.

    Un exemple à suivre

    “Aujourd’hui, il est interdit de ne pas se raccorder au réseau public. Et de toute façon, si un hôtel rejetait quoi que ce soit directement dans le lagon, ça se verrait tout de suite !”, ajoute-t-elle.
    Car Bora Bora, afin de conserver le label européen Pavillon bleu, procède elle-même, tous les mois depuis 2001, à l’analyse de la qualité de ses eaux lagonaires (en plus des analyses du CHSP). “Notre activité principale étant le tourisme, on est la seule commune à avoir obtenu une dérogation pour disposer d’un laboratoire sur place”, explique la directrice générale des services. “En cas de pollution très grave, on peut ainsi interdire la baignade tout de suite.”
    Mais cela n’arrive jamais. Car aucune rivière ne coule sur l’île Perle, et “on n’a pas beaucoup de montagnes qui accrochent les nuages”, selon la responsable municipale. Même par temps de pluie, les eaux qui ruissellent sur ce “caillou un peu plat” ne suffisent donc pas à polluer le lagon, lui-même avantagé par des courants sortants qui empêchent toute stagnation.
    Par ailleurs, un centre d’enfouissement technique a ouvert ses portes sur l’île en 2011, ce qui a conduit, l’année suivante, à la refonte de “toute l’organisation de la collecte des déchets, quand bien même on n’a aucune aide du Pays, puisqu’on n’est pas membre du syndicat mixte Fenua Ma”, indique Maireraurii Leverd.
    Bref, Bora Bora est la meilleure élève de la classe. “On ne peut qu’encourager les autres communes à en faire autant”, conclut le rapport du CHSP, dont la vocation est d’informer le public, mais aussi d’indiquer aux responsables les mesures correctives à engager en vue de rétablir la qualité des zones polluées. Tahiti a encore fort à faire…

    Marie Guitton

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete