Quand la PSG 2 échauffe les esprits…

    mercredi 4 mai 2016

     Les discussions sur la réforme de la protection sociale généralisée (PSG 2), souhaitées par le président du gouvernement, Édouard Fritch, ont tourné au clash hier après-midi. Un représentant de la CSTP/FO a failli en venir aux mains avec l’ancien secrétaire de A Tia I Mua.

    La grève générale semble de plus en plus inéluctable, lundi prochain.
    Rien ne va plus entre A Tia I Mua et les autres syndicats, qui accusent le premier de faire le jeu du gouvernement, dans les négociations pour réformer la protection sociale généralisée (PSG).
    La rencontre d’hier après-midi entre les syndicats et le gouvernement à la présidence, s’est en effet terminée par un clash au bout de vingt minutes de discussions, ou plutôt d’invectives entre syndicalistes qui ont failli en venir aux mains lorsqu’un représentant de la CSTP/FO s’est levé pour venir frapper l’ancien secrétaire général de A Tia I Mua, tout cela en présence du président du gouvernement Édouard Fritch, complètement dépassé par cet accès de testostérone.

    Le fossé entre A Tia I Mua et les autres syndicats s’est donc considérablement creusé à l’aune de l’importance des discussions sur la réforme de la PSG 2.
    La menace d’une grève générale s’est donc trouvée confortée hier et, à moins d’un revirement de situation de dernière minute, la Polynésie française pourrait bien connaître, dès lundi prochain, un mouvement social de grande ampleur dans les secteurs clefs de l’économie.

    A Tia I Mua, bête noire des autres syndicats

    Pour Ronald Terorotua, du syndicat O Oe To Oe Rima, ce sont les propositions de A Tia I Mua qui pénalisent les salariés.
    “Lorsqu’un salarié part aujourd’hui à la retraite avant 60 ans, il subit une décote de 8 % par année. C’est A Tia I Mua qui est à l’origine de ce dispositif. Si ce syndicat veut discuter avec les autres syndicats, il n’a qu’à déposer un préavis de grève comme nous, et nous pourrons discuter ensemble. Ils considèrent que seules leurs propositions peuvent sauver la CPS et nous leur répondons qu’ils ont tort. Nous ne pouvons discuter avec ce syndicat qui est d’accord avec le Medef et le gouvernement et qui nous accuse de mettre à  mal la PSG.”

    Si O Oe To Oe Rima est remonté contre A Tia I Mua, la CSTP/FO n’est pas en reste, comme le confirme Patrick Galenon.
    “A Tia I Mua, qui est très proche du gouvernement, n’a pas laissé Ronald Terorotua s’exprimer et je pense que cette attitude a été téléguidée. Je n’ai donc pas voulu assister à un match de boxe et je suis sorti de la réunion. Visiblement, tous mes amis m’ont suivi dans cette démarche. À l’issue de cette brève réunion, je ne sais pas si c’est A Tia I Mua qui mène les discussions ou si c’est le gouvernement.”
    Pendant ce temps, l’intersyndicale, sauf A Tia I Mua, continue de déposer des préavis de grève, dont le nombre oscille toujours entre 8 000 et 11 000.

    Pascal Martin

    Teora Tehau 2016-05-04 15:25:00
    (Aussi le gouvernement devrait poursuivre sa réflexion sur la mise en oeuvre effective d'une taxation suffisante sur le tabac et les boissons sucrées. Cette mesure permettra de réduire efficacement la consommation par la population de ces produits nocifs et également réduire les dépenses liées aux maladies: d'obésité, de diabète, et de cancer des poumons qui coûtent plusieurs milliards à la société. Ça suffit. Les soins de ces types de maladies ne devraient même plus être remboursés par la CPS. Que ceux qui veulent bien être malade par la consommation de ces produits nocifs doivent prendre leur responsabilité et supporter les frais de leur maladie.)
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete