Quatre ans ferme pour avoir incendié le fare familial

    mercredi 25 janvier 2017

    (© archives LDT)

    (© archives LDT)

     

    Un homme de près de 60 ans comparaissait les fers aux poignets pour avoir mis le feu à la maison familiale de Raivavae en décembre 2015. Un homme malheureusement déjà bien connu des services pénitentiaires et de gendarmerie puisqu’il a déjà été condamné une première fois à huit années de prison pour complicité de viol dans la tragique agression de la jeune Akirina le 6 mai 2006.

    Instable, il souffre depuis longtemps de schizophrénie et de paranoïa. Ce soir de décembre 2015, une brouille éclate dans le fare où toute une famille sans emploi loge en indivision. Un jerricane d’essence est justement sur la terrasse. L’homme s’en est saisi, a inondé le lit d’une chambre et a mis le feu.

    Dans son inconscience, il ira tout de même réveiller un neveu qui dormait, passablement éméché, dans une pièce voisine. La maison, construite de bric et de broc, sans permis de construire, est partie en fumée très rapidement. Sur place, les pompiers n’avaient rien pu faire.

    Hier, l’homme ne pouvait expliquer son geste. Tout juste a-t-il évoqué les “maux de tête” liés aux voix qu’il entendait et qui l’empêchent de travailler. Pour cela, il touche d’ailleurs une pension d’invalidité.

    “C’est une personne fragile”, expliquait hier son avocate. “On est à la limite de l’hospitalisation sécurisée. Il dit qu’il a une femme morte qui lui parle à l’oreille.”

    En détention provisoire depuis huit mois, il a été condamné à quatre ans ferme plus deux ans avec sursis et mise à l’épreuve. Il a été maintenu en détention.

    Compte rendu d’audience Bertrand Prévost

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete