Quatre jours pour s’immerger dans le mono’i

    jeudi 10 novembre 2016

    semaine monoi

    L’Institut du mono’i, organisateur de Mono’i Here, la semaine du mono’i, a présenté hier les nouveautés de cette 7e édition. (© Vaiana Hargous)

     

     

    L’Institut du mono’i organise la 7e édition de la semaine du mono’i, du jeudi 17 au dimanche 20 novembre, à la Maison de la culture, sur le thème “Ces plantes qui font le mono’i”. Un événement qui réunira encore une fois le public autour des mama venues des cinq archipels, des universitaires et des entreprises cosmétiques. Au nombre des nouveautés, on notera notamment une réunion d’information sur le projet de création du premier conservatoire du tiare Tahiti, une table ronde sur le plan de valorisation de la cocoteraie et une matinée portes ouvertes à l’Huilerie de Tahiti.

     

     

    Le rendez-vous des amoureux du mono’i revient la semaine prochaine à la Maison de la culture. Le groupement interprofessionnel du mono’i de Tahiti, aussi appelé Institut du mono’i, organise du jeudi 17 au dimanche 20 novembre la 7e édition de Mono’i Here, la semaine du mono’i, sur le thème “Ces plantes qui font le mono’i”. Car si le coco et le tiare Tahiti sont au cœur du mono’i de Tahiti, d’île en île, la préparation de l’huile s’enrichit aussi de plantes médicinales, de fleurs, de fruits ou d’épices que le public pourra découvrir avec les nombreux invités de l’événement : des mama venues des cinq archipels, des universitaires et des entreprises cosmétiques.

    Durant quatre jours, la Maison de la culture vivra au rythme du mono’i à travers quatre espaces bien distincts : un espace “culture et éducation” où seront projetés en continu des films et documentaires sélectionnés par l’Institut du mono’i ; un espace “création” où seront proposées toute la journée des démonstrations de fabrication de mono’i traditionnel ; un espace “utilisation” qui permettra de découvrir la médecine traditionnelle, le ra’au Tahiti, ainsi que les massages traditionnels, le taurumi, et ceux proposés en spa ; et un espace “autour du mono’i” dédié aux ateliers de fabrication de mono’i et de soins, ainsi qu’à d’autres activités pour petits et grands.

    Et parce que l’événement n’est organisé que tous les deux ans, l’Institut du mono’i a eu le temps de revenir avec plein de nouveautés dans son flacon. En commençant par de nouveaux fabricants de mono’i, qui arriveront notamment de Arutua, aux Tuamotu, pour présenter leur mono’i cuit, un masseur traditionnel formé par mama Rosita, une préparatrice de ra’au Tahiti, mais aussi une nouvelle marque locale et de nouveaux cosmétiques au mono’i qui y seront présentés en avant-première.

    Ce salon sera également l’occasion d’une réunion d’information publique qui permettra de prendre connaissance et d’échanger sur le projet de création du premier conservatoire du tiare Tahiti par le service des parcs et jardins et de la propreté et l’Institut du mono’i. En substance, il s’agit de rassembler en un même endroit, au parc Paofai, des cultivars de tiare Tahiti issus des cinq archipels de la Polynésie, à des fins pédagogiques.

    Une table ronde sera également organisée sur le thème “Plan de valorisation de la cocoteraie, ou comment passer d’une politique du tout coprah à une stratégie de (re)valorisation de la cocoteraie polynésienne ?”

    Ouverte au public, elle réunira une dizaine d’experts d’horizons différents (botanistes, scientifiques, experts de la cocoteraie…), des élus de tous les partis représentés à l’assemblée de la Polynésie française, d’un représentant du gouvernement et des représentants du secteur privé de la cosmétique, de l’alimentaire, etc. L’ambition de cette table ronde est d’organiser un débat constructif autour de l’avenir de la cocoteraie polynésienne, où les experts échangeront et émettront des recommandations tout en répondant aux questions du public.

    Enfin, l’Huilerie de Tahiti ouvrira ses portes la matinée du vendredi pour des visites guidées gratuites  de ses locaux à Motu Uta.

     

    V.H.

     

     

    capture-decran-2016-11-10-a-08-32-34

     

    capture-decran-2016-11-10-a-08-32-42

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete