Les quatre trafiquants de cocaïne en garde à vue

    jeudi 26 janvier 2017

    hervé leroy tribunal cocaïne richard marie caudrelier

    L’amiral Denis Bertrand, le procureur de la République Hervé Leroy, le directeur régional des douanes Richard Marie et le colonel de gendarmerie Pierre Caudrelier ont fait le point hier après-midi sur la plus grosse saisie de cocaïne jamais réalisée en Polynésie française. (© Caroline Perdrix)

     

    Le procureur de la République Hervé Leroy, en­touré de l’amiral Denis Bertrand, commandant supérieur des forces armées en Polynésie française, de Richard Marie, directeur régional des douanes, et du colonel de gendarmerie Pierre Caudrelier, a convoqué la presse hier en fin de journée pour faire le point sur la spectaculaire saisie (lire La Dépêche d’hier).

    Le procureur a confirmé qu’au matin du 19 janvier, le Prairial avait arraisonné au large des Marquises, sur information des services de renseignements, un voilier victime d’une voie d’eau sur lequel ont été découverts 629 kg de cocaïne.

    Les deux marins espagnols ont été secourus puis arrêtés sans opposer de résistance et la drogue saisie sur ordre du parquet de Papeete. Samedi 21 janvier, le juge des libertés et de la détention a prolongé de cinq jours les mesures de restriction et de privation de liberté mises en œuvre par la Marine et, hier, à l’arrivée du Prairial au port de Papeete, les deux marins espagnols ont été mis en garde à vue par les gendarmes de la section de recherche de Papeete.

     

    Jusqu’à 30 ans de réclusion et 5,58 milliards d’amende

     

     

    “Ces faits sont constitutifs d’importation de produits stupéfiants en bande organisée, acquisition, détention, transport et offre de produits stupéfiants ; importation, détention et transport en bande organisée de marchandises prohibées dangereuses pour la santé publique ; association de malfaiteurs en vue de commettre ces crimes et ces délits. Les deux marins espagnols encourent donc une peine de réclusion criminelle de 30 ans et une amende de 7,5 millions d’euros (5,58 milliards de francs, NDLR) outre, bien évidemment, les amendes douanières”, a précisé le procureur.

    Les mêmes peines sont encourues par les deux hommes, un Panaméen et un Français, arrêtés lundi après-midi dans le prolongement des premières arrestations, sur un autre voilier qui venait d’arriver à la marina de Arue et sur lequel les douaniers ont saisi 809 kg de cocaïne. La garde à vue de ces deux personnes a été prolongée hier en fin d’après-midi.

    “Les enquêteurs de la section de recherche de Papeete vont maintenant s’employer à identifier toutes les personnes intéressées directement et indirectement à ce trafic international de cocaïne et à déterminer les commanditaires”, a indiqué le procureur Leroy, sans confirmer ou infirmer que les deux voiliers appartiennent au même propriétaire, ni confirmer le transfert prochain des quatre marins en métropole, où ils sont attendus par la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris.

    Il a ensuite salué “la mobilisation permanente de tous les acteurs de l’État en mer”, qui “ont réalisé un véritable travail d’équipe en parfaite coordination et symbiose. La saisie de 1 438 kg de cocaïne est une prise sans précédent dans le Pacifique Sud, et la Polynésie française est désormais identifiée comme une route maritime de transit pour les trafiquants de stupéfiants qui, manifestement, destinent leurs cargaisons à nos voisins néo-zélandais et australiens.”

     

    C.P.

     

     

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete