Habillage fond de site

Radio Tefana : Six mois de sursis pour Oscar Temaru, 100 millions de francs d’amende pour la station

mardi 10 septembre 2019

(© Florent Collet)

(© Florent Collet)

Trois mois après un intense procès d’une semaine, le délibéré de l’affaire Radio Tefana a été rendu hier matin. Durant le week-end, le Tavini Event avait déjà appelé les militants au rendez-vous d’hier.

Dès 6 h 30, une centaine de soutiens au parti et à Oscar Temaru se sont réunis devant la statue de Pouvana’a a Oopa pour une prière. En procession, ils se sont ensuite rendus devant les grilles du tribunal bien avant leur ouverture.

La grande salle d’audience n’a pas été encore assez grande pour accueillir ceux venus entendre quelle sanction la justice allait infliger à leur leader. Une sanction que le président du tribunal a d’abord voulu expliquer avant d’en donner le quantum.

“Le tribunal rappelle que si rien n’interdit aux communes d’allouer des subventions à diverses associations dans le respect des procédures, en revanche, il considère en l’espèce, que Monsieur Temaru a pris un intérêt tout le moins moral et politique dans l’association Radio Tefana”, a-t-il tout de suite indiqué et d’ajouter qu’il s’agissait “d’une radio partisane au service d’intérêts politiques” en se basant notamment sur l’objet de la radio, identique à celui du parti ainsi que sur la déclaration d’Oscar Temaru : “Si tout le monde écoutait Radio Tefana, ce pays serait indépendant.”

Une incompréhension pour l’avocat d’Oscar Temaru, Me Jourdainne. “Selon moi, le fait de dire que si tout le monde écoutait Radio Tefana, la Polynésie serait indépendante, il faut peut-être le prendre dans le sens contraire. Radio Tefana est une des premières radios en termes d’écoute, manifestement il n’y a pas de propos de propagande politique diffusés sur cette radio, sinon peut être que cette radio serait indépendante. Ce n’est pas le cas.”

Pour le tribunal, Oscar Temaru a, à travers les subventions accordées à la radio et mis à disposition un local et des moyens humains et matériels, “fait supporter indûment ces dépenses à la commune de Faa’a”.

Coupable de prise illégale d’intérêt, le juge a également détaillé comment la peine avait été dosée, avec la prise en compte du préjudice estimé à 150 millions de francs, de l’absence d’enrichissement personnel, du passé vierge d’Oscar Temaru. “Le tribunal a également pris en considération, et c’est important, la teneur des condamnations prononcées précédemment par cette juridiction dans des dossiers de même nature pour tenter de donner une cohérence à hauteur des infractions relevées” et de rappeler qu’Émile Vernaudon avait été condamné à un an de prison ferme et 5 ans d’inéligibilité dans l’affaire Radio Bleue, “compte tenu notamment du passé d’Émile Vernaudon, sans commune mesure avec Oscar Temaru”, et Édouard Fritch à 2 millions F d’amende “pour Radio Maohi, l’infraction concernait essentiellement 3 subventions illicites regroupées sur une courte période. Ce n’est en rien comparable avec Radio Tefana et la longueur de la durée de prévention.”

Six mois de prison avec sursis, 5 millions F d’amende, le couperet tombait sur le leader indépendantiste.

Oscar Temaru prenait alors le temps d’une marche jusqu’à la statue de Pouvana’a a Oopa pour livrer sa réaction à la presse. “Ils auraient mieux fait de m’envoyer à Nuutania. C’est une décision colonialiste. Nous avons affaire à une justice colonialiste. Si vous vous rappelez à la fin du procès, j’ai dit au président du tribunal que cela faisait des années que je dis qu’il n’y a pas de démocratie dans un pays sous tutelle, vous me donnerez raison ou vous me donnerez tort, tout dépend de la décision que vous allez prendre, et la décision qui vient d’être prise est colonialiste quand on sait la vraie raison de tout cela : c’est le crime de lèse-majesté que j’ai causé, c’est la plainte que nous avons déposée à La Haye contre les anciens présidents de la République, contre la France, pour crime contre l’humanité. C’est ça la vraie raison de tout cela avec la réinscription de notre pays. (…) Ils auraient mieux fait de m’envoyer à Nuutania, comme ça cela aurait été clair et net, parce que c’est cela l’esprit derrière tout cela. Ce monsieur-là il faut le descendre, comme il l’ont fait à l’époque avec ce monsieur-là (il pointe la statue du buste de Pouvana’a a Oopa), c’est pour cela que nous sommes ici ce matin. Tout le monde savait qu’il était innocent mais il fallait, à tout prix, l’enfermer parce que c’était l’empêcheur de tourner en rond. Avec lui, il n’y aurait pas eu d’essais nucléaires, la population se serait manifestée. Alors on a trouvé des tas de prétextes pour l’envoyer en prison en France pour reconnaître, 60 ans plus tard, que ce monsieur était innocent.”

Aucune peine de prison et d’inéligibilité, ni même de mesure d’éloignement, n’ont pourtant été prononcées à l’égard d’Oscar Temaru : “Pour nos supporters à nous, le soutien est acquis, mais il y  a d’autres oreilles qui écoutent tout cela. Qu’est-ce qu’ils se disent là en ce moment ? Que nous avons commis des fautes. Même s’il n’y a pas enrichissement ou détournement de fonds publics, le mal est fait. Il faut salir.”

De leurs cotés, Vito Maamaatuaiahutapu a été condamné à 3 mois de prison avec sursis et un million F d’amende, Heinui Le Caill à un mois de prison avec sursis et 500 000 F d’amende. Mais c’est véritablement l’amende à l’encontre de Radio Tefana, 100 millions F d’amende, qui semblait le plus choquer, bien au-delà des 10 millions requis par le procureur.

Si Oscar Temaru voulait encore consulter ses avocats hier soir avant de faire appel, celui-ci ne semble pas faire de doute, cette décision semble avoir donné un supplément d’énergie au leader indépendantiste. “Cela fait partie de la lutte, cela fait partie du combat, c’est comme ça. Il y en a qui sont morts pour ça. Nos ancêtres sont tombés pour ça, certains se sont battus et sont allés en prison pour ça, le combat continue. Ce droit est un droit inaliénable.”

 

F.C.

 

oscar temaru

“Cela fait partie de la lutte, cela fait partie du combat, c’est comme ça”, a notamment affirmé Oscar Temaru à l’issue du délibéré. Photo : Florent Collet

radio tefana

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete