RAIATEA – Cent quatre-vingts places disponibles au lycée professionnel

    mercredi 10 juin 2015

    L’année scolaire s’achève au lycée professionnel des îles Sous-le-Vent (LP), et si certains sont encore en stage, pendant que d’autres sacrifient aux examens de fin d’année, de nouveaux élèves vont venir s’inscrire et remplacer ceux arrivés en fin de cycle. Ces derniers sont à un moment clé de leur vie : ils vont enfin mettre en application leurs acquis professionnels, en pratiquant un métier qui leur permettra de construire leur avenir.
    D’une capacité totale théorique de 500 élèves, le lycée professionnel assure chaque année la formation de 180 élèves, et offre ce quota de places à chaque rentrée, aux élèves entrant, soit en 1re année de CAP, soit en 1re année de Bac pro.
    Gilbert Simonot, le proviseur de l’établissement constate que dans certaines sections comme la GA (Gestion administration), il pourrait y avoir largement plus d’élèves. Il ne faut pas non plus négliger le fait qu’en cours d’année, il y a des décrochages qui se produisent même en terminale : “Je n’ai personnellement jamais vu ça en métropole. C’est un phénomène, que nous enregistrons parfois à deux mois de l’examen. Ces élèves qui pourraient obtenir le Bac, malheureusement s’arrêtent et ne reviennent plus.”
    Combattre ce décrochage est justement l’une des priorités du ministère de l’Éducation “Un décrochage qui comporte de nombreuses causes parallèles :  les plus fréquentes étant le manque d’intérêt pour la matière, ou émanent d’élèves qui se sont engagés dans une filière parce qu’ils n’avaient pas trouvé de place dans la section qui les intéressait. Il y a également des élèves qui pourraient s’engager dans une filière proposée par un lycée de Tahiti, mais qui ne veulent pas s’éloigner de leur île, et d’autres qui, à 18 ans se mettent en ménage. Quant aux filles, quand elles deviennent maman à 16 ans, et essayent ensuite de reprendre leurs études, elles n’y arrivent pas.”
    Certains élèves vont alors s’inscrire au Centre de jeunes adolescents (CJA) de leur commune, ou au groupement du Service militaire adapté de la Polynésie française (GSMA-PF), ou encore à la Maison familiale rurale (MFR), voire même au Centre d’éducation aux technologies appropriées au développement (CETAD), mais ils reprennent là une formation moins qualifiante.
    Un autre facteur de décrochage, non négligeable celui-là, est celui de parents souhaitant avoir leurs enfants près d’eux pour les aider dans leurs activités au faa’apu ou à la vanilleraie. Les exemples sont nombreux, le proviseur citait celui d’une maman, venue spécialement pour déscolariser sa fille, avançant qu’elle préparait des plats tout prêts à la vente pour les roulottes, et qu’elle avait besoin d’elle.
    “Nous avons des élèves qui sont admis dans des sections sélectives et qui, même après avoir envoyé un dossier d’inscription ne présentent pas, et c’est dommage”, ajoute le proviseur
    Pour les nouveaux élèves souhaitant s’inscrire au cycle scolaire 2015/2016, le bureau des inscriptions sera ouvert du 25 juin au 3 juillet. 

    De notre correspondant Jean Claude Bocher

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete