Habillage fond de site

Raiatea– Heiva i Taputapuatea 2016. Première soirée de concours

mardi 19 juillet 2016

Les Tamarii Vaia, du district de Fareatai appréciés par le public du fait du grand nombre de jeunes qui se sont engagés pour le concours de chants. (Photo : E Ebb/LDT)

Les Tamarii Vaia, du district de Fareatai appréciés par le public du fait du grand nombre de jeunes qui se sont engagés pour le concours de chants. (Photo : E Ebb/LDT)


 

Du diabète, aux vertus de l’ananas

 

Cette année, les communes de l’île sacrée se sont concertées sur les dates de leurs concours de chants et de danse afin de ne pas se faire concurrence et d’attirer un maximum d’audience sur les lieux qui accueillent le Heiva de leur commune.

Si les années précédentes les chants et les danses animaient la petite plage du marae de Taputapuatea, le Heiva i Taputapuatea 2016 se déroule en plein air à Avera, dans l’enceinte du complexe sportif communal.

Dimanche soir, les voix des Tamarii Vaia originaires du district de Fareatai ont ouvert la première soirée de chants et de danse traditionnels. Ce groupe de chant traditionnel, composé en majeure partie de jeunes, a conté au public venu nombreux pour l’occasion l’histoire de Hinahere, belle vahine de Fareatai.

Vêtus de robes et de chemises blanches, ces chanteurs et chanteuses ont entonné leur ‘ute arearea qui en a fait rire plus d’un ce soir-là. En effet, si la maladie du diabète n’est pas réellement un sujet sur lequel on aime plaisanter parce qu’en Polynésie française il représente un véritable fléau, les Tamarii Vaia ont relevé le défi avec succès en dénonçant de manière humoristique les mauvaises habitudes que certaines personnes malades répètent au quotidien.

Une manière également, de faire réfléchir les spectateurs sur les conséquences graves de cette maladie.

 

Louanges de la mer

 

Parés de paréos bleus comme l’océan qui entoure nos îles, les enfants du groupe de danse Tamarii no Opoa ont mis à l’honneur la pêche traditionnelle. Mettant en scène dans leur gestuelle gracieuse et leurs pas de danse soignés toute la difficulté du métier de pêcheur, qui doit non seulement faire face aux vagues pour ne pas chavirer mais qui doit également puiser dans ce vivier de nourriture que représente la mer de quoi nourrir ses proches.

Si ces enfants mais aussi les spectateurs ne devaient retenir une seule idée qui viendrait synthétiser leur prestation, elle se résumerait en la louange de la mer pour les richesses qu’elle a offertes et qu’elle offre toujours au peuple polynésien mais aussi, de celle du pêcheur qui profite de ses richesses grâce à sa persévérance et son courage.

Le district de Avera a également été représenté dans la catégorie des mama. Ces dernières ont choisi de mettre à l’honneur l’ananas de Avera aussi bien dans leurs danses, dans leurs chants mais aussi sur leurs costumes.

Habillée de robes aux teintes orange et blanche censées représenter toute la beauté et la saveur de l’ananas de leur district d’origine, ces mama ont dignement vanté les vertus médicinales et hydratantes de ce fruit en chantant que “’ananas est le fruit des purotu”.

Enfin, cette première soirée de concours de chants et de danse traditionnelle s’est achevée avec la prestation des jeunes du district de Puohine. Le jury délibératif est composé de trois personnes engagées dans le Heiva depuis de nombreuses années à savoir, Josiane Mihuraa, Clément Tereua-Paoaafaaite, tous deux membres actifs du groupe Tamarii Haumaire qui ont sensation au Heiva i Uturoa 2016 et de Herenui Thunot.

Les membres du jury leur attribueront une note qui sera à la hauteur notamment, de la synchronisation de la gestuelle des danseurs, de la maîtrise du sujet traîté mais aussi sur la qualité de la gestion du temps ajoutées à leur spectacle de ori tahiti.

Les Tamarii Puohine ont choisi cette année, de mettre en évidence le mont Pu’upiro duquel jaillit la rivière Tapapa considérée comme une source de vie par les habitants de cette contrée autrefois.

Les personnes qui ont conçu ce spectacle ont également souhaité apporter un message fort à la jeunesse de Puohine d’aujourd’hui, celui de savoir prêter attention à l’Histoire de leur district car c’est d’elle que découlera tout le savoir nécessaire pour vivre en harmonie avec la nature mais aussi avec les personnes qui les entourent.

 

De notre correspondante
Elodie Ebb  

27
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete