Raiatea – Il y a 60 ans naissaient la vahine Hinano… et l’hôtel du même nom

    dimanche 17 mai 2015

    En 1955 naît la bière Hinano et son inimitable logo, une vahine dessinée par Pierre Heyman, qui contribuera au succès de la marque.
    “Quand Yves Martin, le patron de la Brasserie de Tahiti, décide que sa nouvelle bière s’appellera Hinano c’est avant tout parce que le nom sonne bien et qu’il est facile à prononcer dans toutes les langues.” Hina, c’est le nom d’une fleur de fara, et c’est aussi, d’après la légende, la première femme, qui aujourd’hui vivrait sur la lune et dont de nombreuses vahine portent le joli prénom. Pour clore cette parenthèse historique sur la fameuse marque Hinano, rappelons que depuis sa création, l’emblème Hinano a été associé “à de nombreux événements aussi festifs que les élections de miss ou des compétitions de surf. Mais l’événement le plus prestigieux, sponsorisé par la fameuse boisson, reste sans doute la célèbre course de pirogue Hawaiki Nui Va”a.” (Source Internet)
    Quant à l’hôtel qui, il y a 60 ans, également, naissait à Raiatea, on ne sait pas pour quelle raison exacte Augustin Moulon, son créateur, l’a baptisé Hinano un 28 mai 1955.
    L’hôtel Hinano est toujours situé en plein centre de la cité de Uturoa, mais depuis son origine, il a plusieurs fois changé de look et de gérants, notamment après le fameux incendie qui, en 1980, avait ravagé 12 magasins, fait 30 sans-abri, et 450 millions de Fcfp de dégâts. Une situation qui avait financièrement mis sur les genoux la commune de Uturoa (lors du mandat de Philippe Brotherson), parce qu’elle n’était pas équipée de dispositifs anti-incendie.

    Un incendie et un cyclone

    Construit sur le terrain nommé Vairahi, le bâtiment de la famille Moofat sera d’abors édifié en bois, puis remplacé par une construction en dur et sera entièrement rénové en 1955, pour devenir l’hôtel Hinano. Il sera lui aussi touché par l’incendie qui ravage la ville de Uturoa en 1980. Il a depuis, vu défiler de nombreux gérants, dont Mu Yo Tchoung, puis de 1982 à 1991 Roger Bardou, qui jettera l’éponge à la suite du cyclone Wasa. Celui-ci, le 12 décembre 1991, emportera le toit de l’immeuble. De 2002 à 2010, l’affaire sera gérée par Jean-Hughes et Marie Bodez, précédant ainsi Farida et Dominique Lucas. Dans ce rapide historique, de nombreuse zones d’ombre subsistent, faute de pouvoir retrouver des pistes et interroger des témoins, mais les quelques indices recueillis au fil de cette prospection permettent un flash-back non négligeable.

    Situation centrale : un atout

    Pour Farida et Dominique Lucas, les gérants actuels de l’établissement, qui ont également célébré l’anniversaire de leurs cinq années de gestion depuis la prise en charge de l’hôtel le 18 mars 2010, c’est tout de même un gage de réussite. Farida, la gérante, explique que la situation de l’hôtel en plein centre-ville, est pratique pour les représentants commerciaux qui viennent dans les îles, mais aussi pour les habi-tants, les entreprises, les agents d’administration, et quelques touristes de passage : “Ceux-ci arrivent généralement le soir, pour partir le lendemain matin vers la marina où ils ont loué un voilier. L’hôtel comprend 10 chambres, dont 9 climatisées, et les tarifs sont fixés en fonction du nombre de personnes qui s’y installent. À la demande, nous pouvons servir un petit déjeuner de type continental.” 

    De notre correspondant Jean Claude Bocher

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete