Habillage fond de site

RAIATEA – “L’Adie chez vous” pour les futurs ouvriers spécialisés du fenua

vendredi 21 octobre 2016

raiatea ADIE

Près de trois heures durant, les agents et quelques bénévoles de l’Adie sont intervenus auprès des élèves de Terminale professionnel du LEP de Uturoa pour leur faire prendre conscience de l’opportunité de création de leur propre entreprise à la fin de leurs études. Une chance à saisir pour ces futurs ouvriers spécialisés du fenua. (© Arava Maiarii/LDT)

 

Dans le cadre de la semaine de “L’Adie chez vous”, Tuarii Ebb, Maryline Ikihaa et trois bénévoles sont intervenus toute la matinée de mercredi dernier, auprès des élèves de différentes sections préparant leurs diplômes professionnalisant, afin de leur ouvrir l’esprit quant aux diverses opportunités de création de leur propre entreprise dans le domaine que chacun s’est choisi comme spécialisation.

Plusieurs exemples concrets de financement de projets ont été évoqués lors de cette matinée d’intervention, pour illustrer l’étendue réelle des bienfaits du concept du microcrédit, sur l’ensemble de la vie économique du fenua. L’Adie (l’association pour le droit à l’initiative économique) a tout d’abord été présentée, de même que son rôle. Rappelons que le microcrédit est une aide qui permet de créer son propre emploi, en donnant la possibilité d’acquérir son propre matériel de travail.

Des formations gratuites et accompagnements pour la bonne gestion de sa future entreprise (faire un devis, créer son réseau de contact, faire un budget prévisionnel, calculer et rembourser les charges…) sont également proposées.
“C’est très intéressant. On manque cruellement de spécialistes et de professionnels en la matière”, confie un professeur du Lycée professionnel . “Je suis un ancien ouvrier devenu enseignant. J’aime entendre le discours que vous tenez. Ce qui bloque les jeunes c’est ce complexe d’infériorité/supériorité entre élèves et avec les professeurs. Du coup, ils n’osent pas se mettre en avant. Par contre, votre équipe est composée de locaux, votre témoignage a du poids auprès des élèves qui doivent se saisir de cette opportunité, car ils sont vingt chaque année à sortir diplômés de l’établissement.”

Pour le professeur, il y a du travail à Raiatea et des emplois à créer : “Beaucoup veulent partir à Tahiti travailler, mais il y a du travail ici du fait d’une grosse concentration touristique et domestique sur Raiatea et Bora Bora. Pour les élèves en mécanique nautique par exemple, les débouchés existent !”
Marilyne Ikihaa, de l’Adie, plaide pour une formation solide et poussée le plus loin possible : “Le meilleur choix est de devenir un travailleur indépendant bien formé. […] Les détenteurs de BEP ont des capacités pratiques précieuses qui doivent nécessairement être mises en valeur. Cela est possible, mais il faut au préalable se donner les moyens de partir pour avoir de meilleures conditions pour revenir. Et la chance est qu’au niveau du territoire, tout est favorisé pour que les élèves partant en métropole aient plus de confort dans leurs études post-bac. Alors que ces moyens sont beaucoup plus restreints sur Tahiti pour les élèves venant des îles éloignées… Nous conseillons fortement aux jeunes de persévérer dans leurs formations.”

Il a également été question des différentes subventions du Pays allouées aux entreprises, ainsi que du partenaire de l’Adie qu’est la Sofidep, chargée de répondre à des demandes de financements supérieures à un million. Pour exister dans son rôle de micro-financement, l’Adie bénéficie d’un agrément de la Banque de France, de l’État français et travaille en partenariat avec toutes les administrations et certaines entreprises du fenua.
Tout est donc rassemblé pour aider les jeunes et toute la population qui a des projets à créer sa propre entreprise.

De notre correspondante Arava Maiarii

ADIE RAIATEA

17
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete