RAIATEA – Le tourisme nautique victime de son succès : les infrastructures d’accueil des voiliers manquent

    vendredi 29 janvier 2016

    Située au centre d’un archipel idéalement délimité, Raiatea, bénéficie de l’augmentation de la fréquentation d’amateurs de beaux lagons.  Victimes de ce succès, notamment avec l’allongement de la durée de stationnement des navigateurs étrangers, les chantiers navals sont aujourd’hui engorgés, les marinas de l’île saturées et les listes d’attente s’allongent. Alors que des projets d’aménagement et d’extension font l’objet d’étude, le moment est crucial pour certains, car les infrastructures d’accueil sont à la traîne.

    Située au centre d’un archipel idéalement délimité, Raiatea, capitale des îles Sous-le-Vent, est aujourd’hui mondialement connue et considérée comme la plaque tournante d’un tourisme nautique en plein essor.
    Le récent allongement de la durée de stationnement des bateaux étrangers de passage (poussé à 3 ans), est venu contribuer à cet état et conforter le développement économique de la Polynésie française, en parallèle du tourisme nautique. Malheureusement, cette belle envolée voit aujourd’hui ses limites, car en marge de cette activité de charter, les structures techniques d’accueil et les infrastructures indispensables aux navigateurs de passage peinent à voir le jour.
    Les deux pauvres marinas de Uturoa sont aujourd’hui complètement saturées, et les postulants de courte où longue durée sont enregistrés sur des listes d’attente. Les deux chantiers de carénage de Uturaerae sont, eux aussi, engorgés et refusent du monde. Pour exemple, citons le témoignage de Carine, responsable du Chantier naval des îles Sous-le-Vent (CNI) : « L’an passé 40 demandes de stationnement ont été refusées. » Au chantier voisin, Raiatea Carénage Service (RCS) il en est de même.
    Aujourd’hui, ce sont plus de 100 unités qui sont en stationnement sur ces deux chantiers navals. Elles viennent s’ajouter à la centaine de navires de propriétaires privés en résidence, sans parler des 80 unités en base de charter, dont 90 % sont des multicoques, les rois des lagons. Soit un total de près de 300 voiliers au cœur de l’archipel Raromatai.

    Des projets dont l’urgence se fait sentir

    Le fait de se trouver en pleine saison cyclonique n’arrange rien, car ces navigateurs surveillent la météo au quotidien et ne sont pas rassurés, aucun refuge ne leur étant proposé. L’agent du Service de l’équipement responsable de la régie des navires basés à la marina de Uturoa, explique qu’elle gère une liste d’attente qui comprend actuellement 12 bateaux (8 monocoques et 4 multicoques) : « Lorsque des places se libèrent, nous établissons un contrat correspondant à un amarrage annuel, permettant ainsi au bénéficiaire de bloquer sa place, même s’il s’en va naviguer plusieurs mois. Cela nous permet notamment de pouvoir proposer des places provisoires, avec un contrat temporaire. La difficulté que nous rencontrons actuellement, se trouve au sujet des multicoques qui prennent pratiquement une place et demie par rapport à un monocoque, et nos tarifs n’ont, à ce titre, pas évolué. Actuellement, nous sommes réellement confrontés à un problème crucial de place pour ces bateaux, et il serait bien que des projets de marina puissent voir le jour. »
    Le chef du Service de l’équipement révèle pour sa part qu’il y en a plusieurs sur Raiatea et Taha’a, et il est même question de la création d’une marina d’une centaine de places, pour voiliers et yachts de luxe, dans la grande baie de Vaihei (Taputapuatea). Des études ont été lancées, mais pour l’instant tout cela demeure à l’état de projets et rien ne bouge.

    De notre correspondant Jean Claude Bocher

    Bon à savoir

    Hypothèses d’aménagement de la marina de Apooiti, suite aux études lancées par le service du Tourisme (données partielles et non exhaustives).

    Phase 2. Première tranche dite « intensive » incluant :
    – La possibilité de créations de places de navires à l’endroit du Club House désaffecté (Creusement d’un bassin).
    – Consolidation et aménagement du quai ouest de la digue ouest
    – Construction d’une partie de l’ouvrage de protection en digue semi-immergée au nord
    – Possibilité de développement de places de navires dans le prolongement sud du quai des visiteurs.

    Phase 2. Deuxième tranche dite « extensive »
    – Réalisation de pontons flottants lourds perpendiculaires au quai de la digue ouest.
    – Cette programmation par tranches répond à la prise en compte des coûts conséquents de la réalisation. Une réalisation pas moins coûteuse, mais permettant au décideur d’envisager la faisabilité d’une réalisation échelonnée, voire partielle.
    – Par rapport à l’état actuel, cette dernière configuration d’aménagement pourra tripler la capacité d’accueil de la marina de Apooiti.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete