Raiatea – Les champions ont fendu et décortiqués 1 000 noix de coco

    mardi 4 août 2015

    Parmi les différentes activités traditionnelles proposées au Heiva de Uturoa, les concours de panaraa haari (décorticages de noix) et ‘anaraa haari (récupération du lait de coco après débourrage et pressage de la chair de coprah), sont toujours très prisés par le public. 
    De par sa richesse traditionnelle et millénaire, la noix de coco est ici mise à l’honneur. C’est sous les coups de hache qu’elle va, dans un premier temps, dévoiler sa chair immaculée, avant que celle-ci ne fasse l’objet d’autres actions mettant en valeur ses qualités nutritives et autres utilisations multiples. 
    Au cœur des manifestations du tiurai, et après avoir été pérennisé au fils de ses années d’utilisation, ce produit avait également fait l’objet de jeux d’adresse, comme le patia fa (lancer de javelots) et le taoraraa haari (lancé sur cible). 
    Avant-dernier concours de juillet, la prestation du panaraa haari a vu s’inscrire quatre équipes de femmes et six d’hommes avec, respectivement, pour crédits, 80 et 100 noix de cocos pour les seconds. 
    Un total de 1 000 noix avait été approvisionné pour ces différents concours. Simples, mais requérant force et habileté, les différentes pratiques permettant le débourrage et le décorticage des noix ont fait l’objet de belles compétitions, les équipes étant soutenues de la voix par leurs supporteurs. 

    Gestes ancestraux

    La rapidité d’exécution étant la référence première de ce concours, nécessitant également une solide expérience, la propreté du lieu de travail après remplissage du sac de coprah, était également évaluée dans le challenge. Ce sera finalement les Pink panther, Emma Norma et Linda, qui, avec l’encouragement d’un public enthousiaste, terminera les premières. 
    Les hommes prendront ensuite la relève et se lanceront dans un duel effréné, qui n’était pas “à la noix de coco”, pour fendre en deux les cocos et les vider proprement. 
    Cette fois, c’est l’équipe de Jean-Louis Teheiura, Geoffrey et Éric Tinirau, qui s’envole vers la victoire. Après avoir récupéré, le temps de cette épreuve, les vahine reviennent en piste, pour le débourrage de la noix sur des ‘ö (pieux pointus), solidement enfoncés dans le sol. Fendues en deux, les coques seront traditionnellement râpées, et le ota haari (täpë, chair de coprah) est pressé et filtré avec le mo’u, afin de récupérer un maximum de lait de coco dont la quantité sera évaluée. 
    Toutes ces épreuves, d’adresse, d’habileté et de rapidité, avaient aussi, pour finalité, d’inviter les hommes et les femmes d’aujourd’hui à se remémorer les gestes de leurs ancêtres, pour que ces traditions soient perpétuées. 

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete