Raiatea : Les gîtes qui fâchent

    mercredi 22 octobre 2014

     “Il aura fallu qu’une alerte, autour de malades suspectés de chikungunya se déclare, dans le quartier de Apooiti (commune de Uturoa), pour que le caniveau longeant ma propriété soit finalement nettoyé !” Ce “coup de gueule”, lancé par Roger Amiot, ancien conseiller de l’Assemblée de Polynésie française aujourd’hui à la retraite, concerne le caniveau séparant sa demeure de celle de son voisin, dont l’enfant a été hospitalisé pour une forte fièvre (qui s’est révélée être une dengue). Une forte fièvre qui, en cette période d’alerte au chikungunya, avait déclenché la mise en route immédiate du principe de précaution par le bureau de veille sanitaire, et donc, une pulvérisation du site concerné.
    “Ce n’est pourtant pas faute d’avoir signalé la situation de ce caniveau d’évacuation des eaux pluviales”, poursuit-il. “Dans notre quartier, comme dans d’autres de la ville de Uturoa, de nombreux gîtes à moustiques existent, et le problème réside dans le fait que ces sites ne sont pas nettoyés, malgré les relances effectuées auprès des responsables institutionnels responsables des travaux publics. La construction de la piste d’aviation, qui longe les quartiers voisins de Mana, Vaitemanu et Motutapu, ne bénéficie pas de systèmes d’évacuation suffisamment efficaces pour drainer les terrains de cette zone, lors de pluies abondantes. Ces terrains sont fréquemment inondés, car leur évacuation se fait en dessous du niveau du lagon. Dans cette situation générale, le caniveau qui borde notre propriété n’est pas entretenu et du fait de son engorgement, est un gîte à moustiques permanent.”
    Il faut tout de même signaler, que dès le lendemain du jour où l’enfant a été hospitalisé, une chargeuse (Case) est arrivée sur le site, mais le mur construit le long de ce caniveau par des voisins, a empêché l’accès de l’engin. Ce sont donc les travailleurs qui ont curé le caniveau à la force des bras, déposant la terre extraite sur les berges du caniveau d’où est partie la contamination.
    Pour l’instant, l’alerte au chikungunya n’a pas touché l’île de Raiatea, mais en attendant Roger Amiot voudrait savoir ce qu’il faut faire pour empêcher que cet incident se reproduise. “J’ai plusieurs fois déposé des plaintes, précise-t-il, notamment au titre des rejets polluants dans le caniveau, et qui n’ont servi à rien. J’aimerais pourtant bien savoir qui est responsable de l’Équipement, la commune, les instances du Pays le service d’hygiène, les agents municipaux… Mais chaque service se renvoie la balle : où est la coordination ? Aujourd’hui, il y a pourtant lieu de définir une voirie digne de ce nom, et de définir un plan général d’aménagement (PGA), afin que des actions concertées, tant au niveau de la commune qu’à celui du Pays, soient mises en œuvre ».
     
    Jean Claude Bocher

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete