Raiatea – Opoa se prépare à accueillir des visiteurs du monde entier

    samedi 16 janvier 2016

    Dans le cadre du projet de classement du marae de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, des travaux périphériques vont être engagés à Opoa. Si aucune structure hôtelière conséquente n’est à ce jour encore envisagée à proximité du site pour d’éventuels touristes, c’est que le classement final demeure au conditionnel. Dans cette attente, la commune de Taputapuatea s’est en revanche engagée dans un certain nombre d’aménagements, dont un centre d’accueil.

    Le projet de classement du marae de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’humanité, par l’Unesco, poursuit son chemin, et la commune de Taputapuatea, sur laquelle s’étend le site s’y prépare activement.
    Voir se confirmer le qualificatif de berceau de la Civilisation océanienne sur la scène internationale représentera un grand pas pour l’avenir de l’île sacrée, et devrait sans aucun doute, constituer un facteur de développement phénoménal pour l’évolution du tourisme en Polynésie.
    Dans la commune de Taputapuatea, tout est en effet aujourd’hui mis en œuvre pour que le projet de classement du marae de Taputapuatea, au forum de l’Unesco, arrive à terme dans de bonnes conditions. Si le classement devient effectif, le site va être mondialement connu, il sera de plus en plus visité, et il va bien falloir organiser des hébergements à proximité.
    L’île de Raiatea n’est pas encore matériellement prête à bénéficier des retombées que cette renommée va engendrer, eu égard justement à son manque de structure hôtelière. Quant à Opoa elle l’est encore moins.
    Mais si les projets d’aménagement, sollicités par le conseil municipal de Taputapuatea auprès des services du Pays et de l’État sont déjà bien engagés, et figurent dans un calendrier de mise en œuvre bien programmé, on pourrait encore se demander où les futurs touristes découvreurs seront logés.

    Gestion de l’hébergement

    Les amateurs de sites historiques et de richesse des civilisations anciennes sont nombreux dans le monde et ne manqueront pas d’affluer, mais Raiatea n’a pas de capacité d’accueil importante à proposer en matière d’hébergement. Outre l’hôtellerie flottante, aujourd’hui en extension au cœur des îles Sous-le-Vent, et peut-être l’arrivée de palaces flottants, Raiatea ne peut actuellement offrir qu’environ 50 chambres (un peu plus, si l’hôtel Hawaiki Nui renait de ses cendres).
    Thomas Moutame, maire de Taputapuatea, qui recevait l’administrateur d’État des IDV et ISLV en visite communale récemment, en dit plus sur les projets qui se développent : « Le site du marae va se voir doté d’un centre d’hébergement. Ce projet va débuter dès que la commission se sera réunie. Son financement, sera proposé en deux temps, compte tenu des délais d’appel d’offres, et les travaux devraient démarrer en 2017, car le dossier de classement va passer en commission cette année-là. La 2e tranche sera engagée en 2018, et le bâtiment livré en 2019. »
    Outre ce nouveau bâtiment, qui permettra d’accueillir les délégations qui viendront de tout le Pacifique, une mairie annexe va voir le jour à Opoa, ainsi qu’une salle polyvalente équipée d’une médiathèque, d’une salle de conférence, et d’une autre de sports. Un cahier des charges, pour une réalisation architecturale en phase avec le contexte patrimonial et l’environnement spécifique du marae est d’ailleurs en cours, et fera l’objet d’un concours.
    Avec les missions régulières d’experts du comité français de classement, ceux-ci particulièrement concernés par les valeurs originelles de ce site ancestral, le projet avance et il est aujourd’hui important de s’y préparer. Ce classement va obligatoirement modifier le profil de fréquentation de l’île sacrée, jusqu’ici boudée par les touristes qui préfèrent les plages dorées de Bora Bora. Mais si l’on n’en est pas encore à ce stade, Raiatea est malgré tout à l’aube d’un changement de statut radical, dont les retombées pourraient se projeter au-delà de toute espérance.

    De notre correspondant Jean Claude Bocher
     

    Programme des travaux

    Ces travaux communaux seront engagés en 2017
    – Construction de la mairie annexe
    – Construction d’une salle omnisports
    – Réaménagement de l’école en centre d’hébergement
    – Aménagement d’un centre culturel en partenariat avec le service de la Culture.
    – Aménagement d’une place commerciale sur le site Fare ofe (fare potee –snack)
    – Reconstruction complète de l’école
    – Aménagement d’un potager écologique et pédagogique.

    PAROLE À : Thomas Moutame maire de Taputauatea

    « Dans le cadre du classement prochain du marae, un certain nombre de travaux importants va être engagé à Opoa, avec notamment la reconstruction complète de l’école de Opoa (maternelle et primaire), dont les travaux n’impacteront aucunement le fonctionnement scolaire du bâtiment actuel. Constituée de trois modules, pour un effectif de 45 élèves, les travaux d’abord programmés pour 2016 viennent d’être repoussés à 2017, et le montant total de l’opération, dont le financement est à 95 % issu du FIP et 5 % de la commune, devrait se voir réajusté car il avait été chiffré à 198 millions 648 232  de Fcfp. »

    Sous le regard du dieu Oro

    Le marae Taputapuatea est l’un des marae les plus importants de Polynésie française, tant par la symbolique qu’il porte que par son caractère international. Ce site est au cœur même de la mythologie et de l’ancienne religion de la Polynésie de l’Est. À partir du XVIe siècle, l’île de Raiatea est en effet devenue le centre spirituel, culturel, politique et religieux de toute la Polynésie orientale ; son rayonnement s’est donc étendu au-delà des limites actuelles de la seule Polynésie française. Ce centre, qui a porté différents noms, fut dédié à l’ancienne divinité polynésienne de la guerre, le Dieu Oro.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete