Raiatea – Les vols de vanille se multiplient

    mardi 13 septembre 2016

    vanille

    Timiona Faaeva est accompagné par Christiana Tsong. Tous les deux souhaitent “faire avancer les choses” en dénonçant le vol de vanille à Raiatea. (Photo : Élodie Ebb/LDT)

     

    Un vanilliculteur sort du silence

     

    Timiona Faaeva, jeune vanilliculteur de l’île Sacrée, aura attendu pratiquement six mois avant de dénoncer de vive voix le vol dont il a été victime au mois d’avril.

     

    Originaire de la commune de Taputapuatea, du district de Faaroa plus précisément, cet agriculteur a établi son exploitation de vanille sur une terre domaniale d’une superficie égale à 16 000 mètres carrés, occupée à 95 % de cette liane productrice de cette gousse parfumée souvent assimilée à de l’“or noir”. Animé d’une grande volonté de sortir de la misère et de soutenir son père invalide, Timiona Faaeva ne compte pas les heures passées dans sa vanilleraie.

    Issu d’une famille modeste, son père lui a inculqué dès son plus jeune âge les rudiments du métier de vanilliculteur. N’ayant pas été bien loin dans ses études, le jeune homme a très vite plongé dans le cercle vicieux de la drogue et n’a pas tardé à comprendre de lui-même que cette vie ne menait à rien. Ne connaissant que la vanille et n’ayant que l’exploitation de son père comme richesse, il a décidé, “pour devenir indépendant” de ses parents, d’agrandir le fa’a’apu de son père afin de vivre de la vanille.

    Aujourd’hui, Timiona Faaeva ne vit que des ressources financières que lui procure la vente de sa vanille aux préparateurs de l’île. Tous les jours, dès les premières heures, il parcourt plusieurs kilomètres pour se rendre dans son exploitation de vanille qui, de surcroît, est située sur un terrain très pentu.

    Et pourtant, malgré toute cette bonne volonté pour “s’en sortir dans la vie” et toute l’attention qu’il a accordée à son exploitation, des personnes mal intentionnées ont visité cette dernière et l’ont dépossédé de sa seule ressource financière. “Je me suis fait voler à peu près deux grands sacs de vanille au mois d’avril”, nous a-t-il confié avec beaucoup de colère et surtout d’inquiétude.

    À Raiatea, les vanilliculteurs stockent leur vanille dans des sacs de farine vides qu’ils utilisent pour acheminer leur récolte vers le lieu de pesée. Chaque sac peut contenir 40 voire 50 kilos de vanille selon sa taille. Timiona Faaeva, qui a stocké sa vanille en vue de la prochaine pesée, s’est fait voler l’équivalent de presque 500 000 F. Une somme qui ne peut être atteinte qu’après que la liane de vanille ait atteint deux ans de maturité et encore, si cette dernière n’a pas été touchée par une maladie.

     

    Même les chiens sont volés

     

    Malgré le côté physique de son activité, Timiona Faaeva aime son métier et aimerait que ces actes malhonnêtes cessent. Soutenu et aidé par Christiana Tsong, qui l’a pris sous son aile au temps où existait le dispositif d’aide à l’emploi CPIA, il souhaite que l’Épic Vanille puisse mettre en place une instance de contrôle pour éviter que les voleurs puissent revendre ce qu’ils ont dérobé aux préparateurs de vanille.

    À l’heure actuelle, ces derniers doivent s’approvisionner en gousses sous le contrôle d’un comité, mais selon Christiana Tsong, beaucoup se permettent de déroger à la règle. Bien que la vanille ne soit pas un produit traçable, il est très aisé d’évaluer l’importance de la récolte d’un producteur en fonction de la taille de son exploitation. “Je ne suis pas le seul à être victime de vol”, ajoute Timiona Faaeva.

    Le vol de vanille est devenu une pratique tellement courante que certains vanilliculteurs ont essayé de préserver leur exploitation en y amenant des chiens, mais c’est une méthode qui ne porte pas vraiment ses fruits car “même les chiens” sont volés.

    Timiona Faaeva, qui est, en quelque sorte, le porte-voix des vanilliculteurs de Raiatea qui sont victimes de vol, appelle les gouvernants à agir pour résoudre ce problème qui commence à prendre une trop grande ampleur, car, de manière évidente, les chiens ne sont pas une solution durable à cette problématique.

     

    De notre correspondante
    Élodie Ebb

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete