Raroia – Les fidèles ont observé la semaine sainte

mardi 7 avril 2015

Jeudi saint, messe en mémoire de la cène 
Ce fut la célébration de la cène du seigneur, le dernier repas de Jésus-Christ avec ses 12 apôtres. Les fidèles ont commémoré le rite du lavement des pieds en souvenir de son geste envers ses disciples. “C’est un geste très important. Un moment fort de cette cérémonie. Nous ne pouvons pas vivre notre foi si nous ne comprenons pas son histoire”, a raconté Tom Mervin, diacre. 
Il faut comprendre ce que le Christ a fait ce soir. Il a montré son amour aux autres. Le pape François a dit : “Celui qui veut demeurer dans l’humilité doit passer par l’humiliation.” Après de nombreuses prières ponctuées de chants, les fidèles se sont réunis dans le presbytère pour y déposer le ciboire dans le tabernacle et prier ensemble. 

Vendredi saint, célébration de la croix
Dès 15 heures, les fidèles ont commémoré la passion et la mort du Christ, en effectuant le chemin de croix et la vénération de Jésus-Christ durant près de trois heures sous une chaleur étouffante. Tour à tour, quelques-uns ont porté la croix en signe de pénitence. “À travers le chemin de croix que nous venons de vivre, les 14 stations qui ont été méditées, c’est Jésus qui nous invite à avoir un regard sur nous-même. Depuis 2000 ans, nous faisons mémoire à la mort du Christ sur la croix, mais il est toujours vivant en nous jusqu’à aujourd’hui. Une phrase dans la liturgie dit : “Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde”. En s’adressant aux fidèles, il demande mais qu’est-ce que le péché du monde ? C’est de ne pas avoir cru que Jésus était le fils de Dieu. Vous allez le vénérer, il faudra formuler une prière sincère en lui demandant de vous sauver, lui demander la grâce de connaître les mystères de Dieu.” Tour à tour, les familles, couples et célibataires se sont recueillis durant quelques minutes au pied de la croix posée devant l’autel. 

Samedi saint, la veillée pascale
Dès 18 heures, les fidèles ont célébré la veillée pascale, annonce de la renaissance de Jésus-Christ et du dernier jour de carême. Symboliquement, pour les catholiques, la veillée pascale et son cierge traduisent la résurrection du Christ, le renouvellement solennel de l’engagement de leur baptême par l’ensemble des chrétiens. 
Les paroissiens se sont réunis autour du feu pascal allumé dans la cour de l’église. Ils ont ensuite assisté à l’office. Le chandelier aux sept branches a été allumé par les enfants en symbole aux sept jours de la semaine. “Dieu a créé la Terre, explique le diacre, puis l’homme pour qu’il gouverne. Aujourd’hui, il a parfois du mal à gérer le monde qui l’entoure. Il détruit la nature et encore aujourd’hui il y a des pays en guerre. J’ai été interpellé il y a quelques jours par la photo d’un enfant qui se faisait prendre en photo ; il a levé les mains croyant que la photographe avait une arme au lieu d’un appareil photo. Nous avons des responsabilités en tant qu’hommes, mais aussi en tant que chrétiens.” 
En poursuivant l’office, il a tenu à rappeler la signification de Pâques. “Pâques, c’est un passage, un chemin. C’est le passage de la mort à la vie. Nous avons trois Pâques à vivre dans notre vie. La première est notre naissance, la deuxième est notre baptême et la dernière est notre mort, passage qui nous permettra alors de rencontrer Dieu. Ce soir, nous fêtons Pâques comme chaque année, vous vous dites peut-être que c’est toujours pareil, mais vous ne devez pas être pareil. Dieu aime la nouveauté. Joyeuse Pâques à tous.” 

Entrée dans le temps de Pâques
Dimanche dernier, les fidèles ont commémoré la résurrection de Jésus-Christ le troisième jour après sa passion. Les religieux ont, en ce jour symbolique, prié et commémoré cette fête dans leur église. 

De notre correspondante Corinne Levy

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete