Habillage fond de site

Les réactions en métropole des politiques

dimanche 23 avril 2017

carte électorale

 

Christian Estrosi, maire de Nice : « Le candidat de ma famille politique n’est pas au second tour de l’élection présidentielle (…) J’appelle donc tous les citoyens de notre pays à voter en faveur d’Emmanuel Macron ».

 

François Fillon, candidat pour Les Républicains : « Il n’y a pas d’autres choix que de voter contre l’extrême droite, c’est pourquoi je voterai pour Emmanuel Macron ».

 

Bernard Cazeneuve, Premier ministre de François Hollande : « Ce soir la présence d’une candidate d’extrême droite au second tour de l’élection présidentielle, quinze ans après le choc d’avril 2002, appelle une position claire et forte de tous les républicains. C’est la raison pour laquelle je les appelle solennellement à voter pour Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle pour battre le Front national et faire échec à son projet funeste de régression de la France et de division des Français »

 

Benoît Hamon, candidat socialiste appelle à « battre le plus fortement et le plus puissamment possible » Marine Le Pen, en votant Emmanuel Macron au deuxième tour. « Même si celui-ci n’appartient pas à la gauche et n’a pas vocation à la représenter demain. Je fais une distinction claire, totale, entre un adversaire politique et une ennemie de la République ».

 

François Baroin, membre de l’équipe de campagne de François Fillon, a indiqué qu’il voterait « à titre personnel » pour Emmanuel Macron. « Il ne peut pas y avoir de ni-ni pour la présidence de la République, il ne peut pas y avoir de ni-ni pour la garantie de nos institutions, il ne peut pas y avoir de ni-ni pour le pacte républicain et le vivre ensemble, ce n’est pas possible »

 

Laurent Wauquiez, vice-président du parti Les Républicains, a demandé dimanche soir « à ceux qui nous ont fait confiance de ne pas voter pour Marine Le Pen ». 

 

François Bayrou, fondateur du Modem, soutien d’Emmanuel Macron, a appelé dimanche au « rassemblement » estimant que le scrutin avait donné « l’image d’une France déchirée ».

 

Aurélie Filippetti, porte parole de Benoît Hamon, juge « indispensable » de « contrer la menace FN ».

 

Manuel Valls, l’ancien premier ministre de François Hollande appelle à voter Macron pour « rassembler », face à « la gravité du moment ».

 

Le président LR de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand : « Au second tour je mettrai un bulletin de vote pour Monsieur Macron pour rejeter l’extrémisme incarné par Marine Le Pen. C’est ma responsabiltié de républicain ».

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete