Habillage fond de site

Le réalisateur Jean-Pierre Mocky est décédé

vendredi 9 août 2019

Le réalisateur français Jean-Pierre Mocky, pourfendeur infatigable des conventions sociales, est mort jeudi après une carrière riche de dizaines de films, a annoncé sa famille. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Le réalisateur français Jean-Pierre Mocky, pourfendeur infatigable des conventions sociales, est mort jeudi après une carrière riche de dizaines de films, a annoncé sa famille. /Photo d’archives/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Le réalisateur français Jean-Pierre Mocky, pourfendeur infatigable des conventions sociales, est mort hier après une carrière riche de dizaines de films, a annoncé sa famille.

D’abord acteur de théâtre, il a fait tourner les plus grandes stars du cinéma français d’après-guerre, dont Bourvil dans “Un drôle de paroissien” et Fernandel dans “La Bourse et la vie”, et critiqué avec acidité les piliers de la société d’alors comme l’Eglise, la politique, la télévision ou le football.

“Ses films n’épargnaient rien ni personne, et dénonçaient inlassablement les travers et les dérives de la société”, a souligné l’ancien ministre de la Culture Jack Lang dans un communiqué. “Sa filmographie était à son image : caustique, anticonformiste, loin des clichés.”

Les échecs commerciaux qui ont jalonné son oeuvre de réalisateur n’ont jamais freiné son appétit, a confirmé son fils Stanislas Nordey, directeur du Théâtre national de Strasbourg. “Il a travaillé jusqu’au bout. Il y a deux-trois jours, il était encore conscient et il parlait de son prochain projet qu’il devait tourner avec (Gérard) Depardieu, (Isabelle) Huppert et Laurent Lafitte”, a-t-il dit sur BFM TV. “Mon père était hors des clous, hors du système, il aimait produire ses films pour avoir une liberté totale.”

Le ministre de la Culture, Franck Riester, a mis en avant “un style, une gouaille, des amitiés, des coups de gueule et surtout du cinéma, son cinéma : unique, inclassable, provocateur et poétique”.

Acteur, réalisateur, metteur en scène et producteur, Jean-Pierre Mocky avait acheté le cinéma parisien Le Brady en 1994 avant de le revendre et de reprendre de 2011 à 2017 le cinéma Actions Ecoles, dans le Quartier Latin, qu’il avait rebaptisé Le Desperado. Jean-Pierre Mocky était âgé de 86 ans.

 

Reuters

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete