Habillage fond de site

Le récit de l’amour d’un expat’ pour Tahiti

jeudi 21 décembre 2017

JR cyril tahitiPiqué au tiare” est le premier récit de Cyril, ancien journaliste de La Dépêche de Tahiti. Un livre de 550 pages, disponible sur Amazon, qui raconte l’incroyable expérience d’un expatrié parti un jour vivre son rêve : découvrir Tahiti.

L’auteur, qui a vécu quatre ans au fenua, y raconte son aventure à travers ses rencontres et ses voyages. Il fait revivre en quelques pages sa découverte d’un style de vie différent, d’une culture qui le happe et de valeurs maohi qu’il épouse.

Au fil du temps et grâce aux rencontres qui lui ont chacune dévoilé une partie de l’âme profonde polynésienne, le romancier avoue que le fenua l’a transformé et qu’il en est tombé amoureux fou, au point de vouloir y passer le restant de ces jours. C’est ce qu’il appelle le phénomène “piqué au tiare”.

Cyril (il n’a pas mis son nom dans le livre, ndr) est arrivé en Polynésie française en 2011, après avoir suivi sa femme, enseignante, qui venait d’être mutée sur le territoire. Il réalise alors son rêve qu’il alimente depuis ses cinq ans grâce à une tante, qui, après un court séjour, lui dépeint un monde qu’il se met à fantasmer.

Dès le début, il décide de créer un blog.“Il était temps de confronter le fantasme à la réalité et de partager mes découvertes avec ceux qui n’ont pas la chance de se rendre en Polynésie alors qu’ils en rêvent”, raconte-t-il.
Grâce à
Tahiti.blogs.midilibre.com, il partage ce qu’il voit, ce qu’il entend et ce qu’il photographie. Il fait la peau à certains clichés aussi, comme celui de dire que dans les îles, “les gens ne travaillent pas trop”.

Son métier de journaliste, qu’il exerce au sein de La Dépêche de Tahiti, lui permet d’aller à la rencontre de gens extraordinaires, quidam ou people, qui, à leur façon, lui dévoilent l’âme de la Polynésie. Il avoue aussi avoir été confronté aux problèmes de société qui rongent le Pays, selon lui. Sans noircir le trait ni l’enjoliver, il dépeint et décrit le meilleur comme le pire.
Cyril n’aime pas particulièrement la danse. Pourtant, lorsqu’en tant que journaliste, il part couvrir pour la première fois un événement culturel mettant en scène le ’ori Tahiti, il a comme une révélation.

« Le ori Tahiti m’a possédé. Il y avait la danse bien sûr, mais cet art allait bien plus loin. Il y a la littérature avec les paroles des chants, les thèmes, les scénarios ; il y a le théâtre, la musique aussi, la philosophie et l’histoire ancestrale. Bref, je suis devenu complètement addict”, reconnaît-il, tout en soulignant son admiration pour tous les artistes qu’il a pu rencontrer et découvrir et qui mettent de côté leur vie personnelle pour répéter comme des fous, durant des mois, pour faire vivre leur culture au Heiva.
Cyril s’est également intéressé au himene et aux tuaro maohi, et a tenu à révéler leurs secrets et beauté à travers son livre.
L’auteur révèle qu’il espère, à travers son histoire, montrer que la Polynésie n’a absolument rien à voir avec l’idée que les gens peuvent s’en faire sans l’avoir vécue. Il souhaite aussi faire un clin d’œil aux 25 000 “piqués au tiare” qui se sont réunis à travers un groupe Facebook et qui, s’ils n’ont pas le même vécu, partagent le même amour du fenua.
Après ce premier roman, l’écrivain compte bien revenir une nouvelle fois sur sa Polynésie, à travers
un livre de photos, cette fois.

Jen.R

 

Pour accéder à son site : www.piqueautiare.com.

 

 

JR pique au tiare

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete