Réforme du collège : les nouveaux programmes présentés aux enseignants

    vendredi 12 février 2016

    L’inspecteur général de l’Éducation nationale, Gilles Pétreault, était hier matin à l’université pour présenter les nouveaux programmes de la réforme du collège aux enseignants. Ceux-ci devront
    être mis en place à la rentrée 2016-2017. Selon la ministre de l’Éducation, cette réforme va notamment modifier les programmes en histoire-géographie, lettres et mathématiques.

    Dans le cadre de la réforme du collège qui doit être mise en place dès la rentrée de 2016 en Polynésie française, l’inspecteur général de l’Éducation nationale, Gilles Pétreault, a animé, hier matin, à l’Université de la Polynésie française, en partenariat avec le ministère de l’Éducation polynésien, une conférence à l’attention des enseignants et du personnel d’encadrement. Il s’agissait de présenter les nouveaux programmes qui devront être mis en œuvre à l’occasion de la rentrée 2016-2017 “afin que tout le monde puisse se les approprier”, comme le souligne Gilles Pétreault.
    “Cette conférence a pour objet de présenter les nouveaux programmes à un moment tout à fait particulier de la scolarité qui correspond au cycle 3, issu de la loi de refondation et de la redéfinition des cycles d’enseignement qui partagent ce cycle entre l’école élémentaire et le collège (CM1, CM2 et 6e).”
    Cette organisation est donc très importante, selon Gilles Pétreault, “afin de pouvoir assurer la meilleure continuité dans le parcours scolaire des élèves avec des objectifs bien partagés qui soient compréhensibles à la fois par les enseignants et par les élèves afin d’assurer les meilleurs apprentissages”.
    Si les enseignants et le personnel d’encadrement sont en première ligne pour faire appliquer la réforme du collège, il est bien évident que les élèves seront aussi concernés par cette réforme, comme le précise Gilles Pétreault.
    “Bien évidemment, la réforme du collège aura des répercussions sur les élèves. Ils sont au cœur des nouveaux programmes, et notamment au niveau de l’apprentissage. On ne cherche pas tant à avoir des procédures standards d’enseignement, mais des procédures adaptées à chaque enfant afin de révéler ses compétences, ses capacités à faire et à réaliser, pour lui assurer toutes les chances de s’insérer au mieux dans la vie sociale et professionnelle.”

    Réticences de certains enseignants

    Si la réforme du collège en métropole cristallise les réticences d’un certain nombre d’enseignants, Gilles Pétreault relativise cette fronde en invoquant un consensus négocié après de multiples rencontres.
    “Sur la question des programmes, il y a eu de nombreuses discussions et débats depuis 2014, et je crois que le point auquel nous sommes arrivés aujourd’hui a pris en compte de nombreuses remarques qui ont été faites à ces occasions et qui sont tout à fait acceptées aujourd’hui. S’il y a des réticences, cela concerne d’autres aspects, mais les programmes en eux-mêmes sont plutôt salués pour la place qu’ils laissent aux enseignants en matière d’initiatives.”
    Quant à la problématique de la “spécificité locale”, Gilles Pétreault convient qu’il faudra adapter les programmes à
    celle-ci.
    “Il est certain qu’il faudra faire des adaptations aux programmes en fonction d’un contexte particulier qu’il faudra prendre en compte.”

    Pascal Martin

    Nicole Sanquer, ministre de l’Éducation : “Les programmes seront prêts pour la prochaine rentrée”

    “Le déroulement de cette conférence se fait en deux parties. L’inspecteur général de l’Éducation nationale s’adresse d’abord aux élèves stagiaires qui seront en poste à la prochaine rentrée, et la seconde partie sera consacrée aux enseignants pour les sensibiliser et les informer sur la réforme du collège, et plus particulièrement la mise en place du cycle 3. Il est clair que cette réforme va modifier les programmes, notamment en histoire-géographie, en lettres et en mathématiques. L’actualisation de ces programmes est en cours et ceux-ci seront prêts pour la prochaine rentrée.”

    Martin 2016-02-13 02:56:00
    quoi sert l'Histoire ?

    L'Histoire, autrement dit l'exploration du passé, nous aide à entrevoir d'où nous venons... et où nous allons. En nous faisant mieux connaître le très beau et très riche pays auquel nous avons le bonheur d'appartenir, elle nous prépare à bâtir ensemble notre avenir.

    De génération en génération, les hommes et les femmes qui nous ont précédés se sont efforcé d'améliorer leur sort et de laisser à leurs enfants une Terre plus hospitalière. Nous leur sommes redevables du sort relativement confortable qui est le nôtre.

    L'Histoire nous permet de nous imprégner de leurs principes et de leurs leçons, voire d'éviter leurs erreurs, afin de poursuivre leur effort et de léguer à nos propres enfants une Terre encore plus belle et plus harmonieuse.
    André Larané

    La meilleure manière de ne pas passer pour un imbécile et ainsi de mieux s'intégrer en société consiste donc plutôt dans l'acquisition de connaissances historiques plutôt que de compétences.
    Aperçu du corrigé : En quoi l'histoire est-elle à la fois un savoir indispensable et une science impossible ?


    L'historien répond à une exigence de vérité, le problème étant qu'il raconte un passé auquel il n'a pas été présent. Toutefois cette exigence de vérité ne suffit pas à faire de l'histoire une science. Toute science a pour but de dégager des constantes ou lois universelles et prédictives. Or, l'histoire est une discipline purement empirique : il n'y a pas de lois universelles de l'histoire comme il y a des lois en physique. L'histoire peut seulement nous enseigner comment les choses se sont passées, et non comment elles se passeront. Si donc nous définissons une science par son objet, alors l'histoire n'est pas une discipline scientifique ; en revanche, elle l'est peut-être par sa méthode : l'historien a pour but de dire ce qui s'est réellement passé à partir de traces qu'il authentifie et qu'il interprète.

    A QUOI SERT L’HISTOIRE ?

    Transmettre une mémoire collective.
    Le passé permet de comprendre le présent
    .Connaitre la diversité des civilisations et des époques.
    Etudier les Instruments du pouvoir politique, économique
    Apprendre à analyser une situation, un doc
    Prendre conscience d 'appartenir à un peuple
    .Développement de la tolérance
    .Développement de la réflexion et de l’esprit critique
    .Former la conscience politique.
    Devenir citoyen.

    A QUOI SERT LA GEOGRAPHIE ?

    .Connaitre l’espace à la dispo des Hommes.
    Voir la diversité
    des activités humaines et les problèmes liés

    Apprendre à réfléchir à l’aménagement de l’espace

    Apprendre des méthodes pour analyser l’espace et les territoires.
    Prendre conscience de l’impact de l’Homme sur la Terre.

    Apprendre à réfléchir aux problèmes liés à l’activité humaine.
    Comprendre l’organisation de l’espace et son fonctionnement.
    Essayer d’agir sur les problèmes, c'est-à-dire être citoyen
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete