Remise des prix des Doctoriales

    jeudi 12 mai 2016

    C’est une première à l’Université de Polynésie française (UPF). Pour la deuxième année consécutive, Oihana Latcher, étudiante en 3e année de doctorat, a remporté le prix de la meilleure présentation orale, des Doctoriales 2016.

    À la clé, un chèque de 200 000 F remis par EDT, l’une des entreprises partenaire de l’événement. “Je ne m’attendais pas à recevoir à nouveau ce prix cette année, parce qu’il y avait des présentations de très grande qualité dans des domaines variés”, a lâché la jeune femme de 28 ans, encore émue, peu après l’annonce de son nom.

    Sa thèse concerne “L’influence des paramètres environnementaux sur les processus de minéralisation des perles de culture produites par l’huître perlière Pinctada Margaritifera”. Une problématique très actuelle, lorsque l’on sait que le perliculture représente la deuxième source de revenu économique du Pays.
    Elle a connu une crise importante dans les années 2000 et son prix au gramme a chuté, passant de 1 700 F le gramme en 2000 à 500 F le gramme en 2012.
    Le projet d’Oihana Latcher consiste à mieux comprendre l’influence des paramètres environnementaux (température, profondeur, alimentation) sur le processus de biominéralisation et sur la qualité des perles durant l’élevage des huîtres.

    Deuxième prix remis à Patrick Seurot.

    Autre prix attribué : celui de la meilleure perspective de valorisation économique ou culturelle, pour une somme de
    100 000 F remis à Patrick Seurot, en 4e année de doctorat, pour son travail sur l’histoire de l’activité nacrière et perlière, en Polynésie française, dans le grand XIXe siècle (1803-1920).

    À travers cette thèse, Patrick tente de répondre à plusieurs questions : “Comment s’est organisée cette exploitation perlière depuis l’époque où les premiers navires anglais arrivent aux Tuamotu, jusqu’à l’explosion des gisements ?” “Comment se sont constitués les réseaux économiques et commerciaux ?” et enfin, “Comment cette exploitation perlière et nacrière, l’introduction de l’argent, le croisement des cultures entre Européens et Pa’umotu ont modifié les structures sociales, sociétales, culturelles, religieuses, environnementales, des populations qui sont passées de migrantes à sédentaires ?”
    Un vaste sujet qui apporte des informations historiques relatives à une époque charnière méconnue, dans le développement de l’industrie perlière.

    Prix du meilleur poster remis à Maheata White.

    Enfin, le prix du meilleur poster a été remis à Maheata White, doctorante de 1re année, qui prépare une thèse sur le thème de “Internet très haut débit et le développement des petits pays insulaires”, son objectif étant de mettre en place des outils d’analyse pour construire un modèle de gouvernance adapté aux petits pays insulaires et plus particulièrement à la Polynésie, afin de stimuler développement économique.

    É.P.

    Que sont les Doctoriales ?

    Les Doctoriales en sont à leur 8e édition à l’UPF. L’objectif d’une telle manifestation consiste à préparer les étudiants pour leur future présentation de thèse, mais elle permet également de porter à la connaissance du public les recherches réalisées en Polynésie française et de montrer que loin d’être coupée du réel et des problèmes du quotidien, la recherche à l’UPF est concrète et appliquée à un vaste champ disciplinaire.
    Trente-six doctorants polynésiens et une doctorante de l’université de Nouvelle-Calédonie se sont donc prêtés à cet exercice difficile, qui consiste à présenter ses recherches, en les vulgarisant, le tout dans un temps limité à 5 minutes pour les premières années et à 20 minutes pour les 2e et 3e années.
    C’est un jury, composé d’acteurs économiques, politiques, culturels, et de chercheurs, qui a eu la lourde de tâche de départager les doctorants pour leur remettre l’un des trois prix à la clé.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete