Habillage fond de site

Rencontres du 1er mai : deux syndicats sur six ont accepté l’invitation du président Fritch (MàJ)

lundi 30 avril 2018

Jean Paul Urima

L’invitation du président du Pays envoyée à CSTP/FO a été adressée au secrétaire général par intérim Jean-Paul Urima.

 

Comme tous les ans, chaque 1er mai, les organisations syndicales sont reçues à la Présidence. Et comme tous les ans, on compte les syndicats qui acceptent cette invitation et ceux qui refusent de participer à la rencontre. L’an dernier, trois des six syndicats invités avaient accepté le rendez-vous. Un rendez-vous qui avait essentiellement tourné autour de la réforme de la PSG. Nul doute que ce sujet soit une nouvelle fois abordé par les syndicats qui répondront présent.
Selon le ministère du Travail en charge de l’envoi des invitations aux syndicats représentatifs du Pays, seuls deux d’entre eux ont, pour l’instant, annoncé leur venue. Il s’agit de CSTP/FO qui sera représenté par Jean Paul Urima, secrétaire général par intérim (et non Mireille Duval qui se revendique du même titre).
« L’invitation a été envoyée au secrétaire général reconnu légalement », précise-t-on au sein de la Présidence. L’autre syndicat ayant accepté le rendez-vous avec le président du Pays, est le STIP, syndicat de personnels de l’éducation en Polynésie française.
Restent donc les syndicats Otahi de Lucie Tiffenat, la CSIP de Cyril Le Gayic, O oe to oe rima avec Atonia
Teriinohorai et A Tia i mua et son secrétaire général Jean-Marie Yan Tu qui ne se sont pas encore décidés.
Toutefois, une réunion de l’intersyndicale, menée par Angelo Frébault lors de la grève générale contre le projet de réforme de la protection sociale généralisée (avant qu’il rejoigne la liste du Tahoeraa en lice aux territoriales) s’est tenue vendredi dernier. Une réunion qui n’avait pas pour objet de préparer une potentielle entrevue avec Edouard Fritch mais
plutôt de discuter stratégie politique pour le second tour, selon le Tapura, qui dénonce l’attitude politicienne de ces syndicats.

Dans un communiqué, le parti rouge assure que « le chef d’orchestre de cette réunion, c’était Cyril Le Gayic, condamné comme emploi fictif de Gaston Flosse, dont la fille figure sur la liste du Tahoeraa aux côtés d’Angelo Frébault ». Le parti de la majorité au pouvoir ajoute que « tous les autres chefs des syndicats présents étaient sur la même longueur d’onde : faire barrage au Tapura. Cette réunion n’a eu pour objet que de chercher comment mobiliser les salariés pour voter contre le Tapura et espérer faire revenir le Tahoeraa sur le devant de la scène. Il y a longtemps que ces responsables se sont décrédibilisés. Les salariés se sont déjà fait rouler une fois en pensant qu’ils défendaient leurs retraites alors qu’ils offraient un siège éligible à Angelo Frébault sur la liste du Tahoeraa. Pour le deuxième tour, ces mêmes syndicats veulent manipuler les salariés pour assurer une place éligible à la fille de Cyril Le Gayic. » Ambiance… Il parait peu probable que ces mêmes syndicats se rendent demain matin à la Présidence à la traditionnelle rencontre du 1er mai

 

Jen.R

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French bee propose un aller retour PPT - San Francisco à moins de 40 000 F :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete