Rentrée à l’Isepp – Et si vous choisissiez le privé ?

mercredi 12 août 2015

C’est la rentrée, enfin presque. Et pour ceux qui ont leur bac en poche et qui ont profité pleinement de leurs vacances sans se soucier de la poursuite de leurs études, bonne nouvelle, il reste des places à l’Institut supérieur de l’enseignement privé de Polynésie française (Isepp), dans la quasi-totalité des formations proposées. Pour ceux qui l’ignorent, l’institut, situé dans les hauts de La Mission, à Papeete, est rattaché à la Direction de l’enseignement catholique (DEC) de Polynésie, qui en garantit le caractère propre.
L’Isepp est un campus universitaire associé à l’Université catholique de l’ouest (UCO), située à Angers, destiné à tous ceux qui veulent suivre une formation universitaire, principalement dans le domaine des sciences humaines et sociales.
En parallèle, un service de pastorale permet aux étudiants qui le souhaitent de vivre leur foi tout en suivant leurs études.
Les diplômes de l’Isepp sont des diplômes d’État délivrés par l’UCO, elle-même en convention avec des facultés d’État.
Pour les éventuels intéressés, retardataires ou qui n’ont pas encore fait leur choix après le bac (en poche), il est demandé de rentrer en contact au plus vite avec le secrétariat de l’Isepp avec CV, lettre de motivation et photocopies des diplômes.
En effet, la rentrée solennelle des premières années a lieu mercredi prochain, en début d’après-midi.
À la suite de l’inscription, le postulant aura un entretien d’orientation active avec le responsable de filière puis un test écrit afin de connaître “la capacité de suivre un cursus universitaire”, précise la directrice, marathonienne avertie. Les formations permanentes de l’Isepp commencent, quant à elles, début septembre, notamment pour les responsables en ressources humaines (RRH).
Il reste donc des places en première année info/com, psychologie, et dans les métiers de l’enseignement/aide à la personne. Pour la licence pro (à savoir un bac+3 en poche) en banque/assurance, il reste également quelques places disponibles pour cette nouvelle rentrée.
Comme chaque année, après un “entretien d’orientation active”, les élèves peuvent être réorientés, un par un, selon la filière choisie, par le corps enseignant afin que la filière soit la mieux adaptée au projet professionnel de l’étudiant.

Un certificat d’études bibliques
D’autres élèves ont candidaté, mais n’ont pas confirmé, d’où un certain nombre de places disponibles, à à peine une semaine de la rentrée solennelle.
Pour cette rentrée, le certificat d’études bibliques ouvre, alors que l’Isepp est en attente d’ouverture de la 1re année de licence en théologie. Ce certificat d’études bibliques est ouvert aux bac+2, en formation continue et en cours du soir. Ce certificat est avant tout adressé “aux personnes qui ont envie d’approfondir leurs connaissances sur la Bible”.
Contrairement à certaines idées reçues, l’enseignement est ouvert aux autres religions car “la Bible est très œcuménique”. “Ce n’est pas la théologie catholique, c’est l’étude biblique, l’ancien et le nouveau testament”, précise la directrice de l’institut.
Voilà pour les nouveaux. Et les anciens ? Angers est entré en contact, il y a peu, avec tous les anciens étudiants de l’Isepp, qui ont reçu chacun un questionnaire afin de savoir ce qu’ils deviennent.
D’autres reviennent aux journées portes ouvertes de l’Isepp qui se tiennent chaque année. Avec 15 premiers élèves en 1999, année d’ouverture de l’Isepp, avec pour seule filière info/com, ce sont 250 élèves – chiffre stable depuis plusieurs années – qui, dorénavant, planchent dans une des sept filières proposées par l’institut.
Entre 25 et 30 étudiants composent chaque classe, “pour un suivi personnel personnalisé”, assure Hina Grépin-Louison.
Et comme la plupart des filières proposées sont en adéquation avec le marché et ouvrent ou ferment selon ce dernier, ces centaines d’élèves, aujourd’hui, ont quasi tous un emploi.
Par les temps qui courent, choisir l’Isepp pourrait être un choix judicieux.
Christophe Cozette

L’Isepp en quelques chiffres

– L’Isepp a été créé en 1999.
– Sept filières sont proposées à savoir :
    • Licence Sciences humaines, sociale et gestion (après bac)
        – Sciences de l’éducation
        – Sciences de l’information et de la communication
        – Psychologie
    • Licence de sciences sociales (après bac)
        – Métiers de l’enseignement, aide à la personne, sociologie-ethnologie
    • Master en ressources humaines (inscription fin août)
    • Licence professionnelle banque-assurance (bac+2 et/ou formation/expérience professionnelle)
    • Certificat d’études bibliques (inscription fin août).
– 250 élèves en 2015, 100 vacataires.
Contacts : tél. : 40.505.180 et www.isepp.pf.

Bientôt des échanges avec un voisin anglophone du Pacifique

Point d’étudiants étrangers à l’Isepp, mais l’institut a pour projet de mettre en place une certification en anglais pour suivre un enseignement dans des universités anglo-saxonnes. Un échange d’étudiants entre l’Isepp, notamment dans la filière info/com, et une université néo-zélandaise se met donc en place et devrait démarrer à la rentrée 2016/2017. Du côté polynésien, certains ont passé les épreuves à Uturoa, d’autres sont originaires des îles, de quasi tous les archipels, mais ils ne sont pas identifiés selon leur île par l’institut, soit 250 élèves en tout. “Le chiffre de croisière de l’Isepp depuis plusieurs années”, précise Hina Grépin-Louison.

“L’Envers du monde” continuera sans doute…

Il n’y a plus l’Envers du monde, un projet porté par François Paul-Pont, ancien vacataire de l’institut et créateur de la webschool, il y a quelques années, qui n’existe plus au programme des formations depuis la rentrée 2014/2015. La quatrième édition, largement suivie par votre quotidien en mars, avait connu un beau succès. Malheureusement, son initiateur nous a quittés brusquement fin mai. “L’idée est tout de même de garder cette manifestation de l’Envers du monde qu’on pourrait appeler Festival François Paul-Pont. Cela serait un bel hommage à lui rendre, à condition d’y mettre l’énergie nécessaire”, souhaite Hina Grespin-Louison, encore émue par ce départ précipité de celui pour qui “monter des projets, c’était le moteur de sa vie”.

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete