Habillage fond de site

Rentrée difficile pour le transport scolaire

mercredi 23 août 2017

transport scolaire bus

Entre un parc vieillissant et un manque d’information au niveau des effectifs, l’équation de la rentrée nécessitera encore quelques jours avant d’être résolue. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Pour bon nombre d’élèves de la Presqu’île, la rentrée n’aura pas été sans encombre, en raison de difficultés liées au transport scolaire. Depuis plusieurs jours, les appels au secours se multiplient sur les réseaux sociaux, dénonçant la surcharge de certains bus, consécutive à un manque de véhicules. Selon Xavier Chung Sao, responsable du réseau de la Presqu’île chez NTCE, un manque d’information et de moyens serait en cause.

Depuis la fin de la semaine dernière, les réseaux sociaux se sont enflammés suite aux témoignages de plusieurs lycéens de la Presqu’île, dénonçant des conditions de transport scolaire peu flatteuses.

“Le nombre d’élèves étant largement supérieur aux sièges disponibles, nous étions contraints d’être levés pendant tout le trajet, et d’autres entassés comme des sardines à trois, voire cinq par siège : c’est véritablement scandaleux !”, lance un jeune homme, dans un message posté sur Facebook, doublé du post-scriptum suivant : “Je n’ai pas envie de mourir tôt pour des décisions irrationnelles”.

Dans la même veine, le signalement d’une camarade, vidéos à l’appui, a été partagé un millier de fois en un jour. “On sera obligé de se battre tous les matins pour avoir une place dans le bus ?”, s’inquiète-t-elle, en tant que résidente de Tautira.
Interrogé hier, le responsable du réseau de la Presqu’île chez NTCE, Xavier Chung Sao, a reconnu qu’il s’agissait d’un problème récurrent.

“On ne connaît pas encore les effectifs de tous les établissements, donc on y va à tâtons. Les élèves n’ont pas fait leur rentrée en même temps, mais par vague. Ce n’est qu’à partir de lundi qu’on a pu voir combien ils étaient au total. On fait des réunions tous les jours avec les chauffeurs, pour réajuster au fur et à mesure. Lundi, on avait déjà tenté une nouvelle organisation, mais elle n’a pas été couronnée de succès. Aujourd’hui (hier, NDLR), on a essayé de faire mieux, entre le nombre de bus et le planning de rotation”, précise-t-il.

S’agissant de Tautira, un bus aurait été ajouté, portant le nombre de véhicules à cinq, le tout doublé d’une rotation supplémentaire.

“D’ici la fin de la semaine, on sera rodé”, assure Xavier Chung Sao. Si la communication des effectifs des élèves en amont de la rentrée ferait défaut, le responsable reconnait qu’il doit également faire face à certains aléas.

 

Manque d’information et parc vieillissant

 

“Notre parc est vieillissant et les pannes ne sont pas inévitables, ce qui peut provoquer des retards et des ajustements de dernière minute”, confie-t-il.

Le transporteur privé bénéficie d’une convention de délégation de service public, prolongée à plusieurs reprises depuis 2001, date anniversaire des véhicules, dont une partie seulement a été renouvelée en 2010, conférant au parc, une moyenne d’âge relativement élevée.

“Entre l’état des bus et le manque d’arrêts dignes de ce nom, on attend avec impatience le projet de nouvelle convention. Les cartes sont entre les mains du Pays”, conclut Xavier Chung Sao. À noter que plusieurs membres du gouvernement ont été interpellés sur les réseaux sociaux.

Lundi, Gilda Vaiho-Faatoa, représentante à l’assemblée, était même du voyage, au départ de Tautira.

 

A.-C. B.

 

bus scolaire

221
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete