Reportage au Vanuatu, qui se remet difficilement du passage de Pam

jeudi 19 mars 2015

Quelques jours après le passage du cyclone Pam qui a détruit une grande partie de l’archipel du Vanuatu, le bilan provisoire a été revu à la baisse : 7 personnes ont été tuées, indiquent les autorités.
 
Même si ce bilan risque de s’alourdir, certaines îles de l’archipel étant toujours isolées et inaccessibles pour les secours, on est loin des craintes des premières heures. Selon Jotham Napat, le président du bureau national de coordination, s’il y aussi peu de victimes, c’est grâce à la survivance de l’habitat traditionnel :
« Dans certaines îles, les maisons traditionnelles sont très bien pensées – la manière dont elles sont conçues et construites – et on garde ça aujourd’hui, ce qui est un plus pour les îles du pays. Je pense particulièrement à l’île de Tanna, d’où je viens. Il y a là-bas ce qu’on appelle des maisons anti-cycloniques, et je crois que ça a contribué à protéger la population. »
 
Le cyclone a, malgré tout, fait de nombreuses victimes, et les hôpitaux du pays ont du mal à répondre aux besoins des patients. Deux bâtiments ont été endommagés par le cyclone. Le  toit s’est  effondré et les câbles électriques ont été arrachés, mais les réparations devraient être bientôt terminées. Richard Leona, médecin-chef de l’unique hôpital public de Port-Vila, raconte : « Les patients affluent, et actuellement 70% des malades que nous traitons ont été blessés durant le cyclone. La majorité est de Port-Vila, mais depuis que les secours ont pu se poser sur la plupart des autres îles, nous allons recevoir plus de blessés, qui sont en attente d’évacuation vers notre hôpital. Pour le moment, nous avons soigné 330 victimes du cyclone. C’est un défi logistique pour nous, car nous avons été obligés d’installer des patients sur le sol, on a dû déplacer une partie du service radio et le labo dans les salles d’attente, et les enfants sont placés dans notre salle de réunion jusqu’à ce que les autres bâtiments de l’hôpital soient réparés. Nous avons de la chance d’avoir le soutien d’équipes médicales étrangères. »
 
Des secours australiens ont été envoyés en renfort, lundi. Et aujourd’hui, 20 médecins, infirmiers et ambulanciers australiens ont commencé à soigner des patients de cet hôpital de Port-Vila. La France, aussi, participe à l’effort humanitaire au Vanuatu, comme l’explique l’ambassadeur de France en Australie, Christophe Lecourtier :
« À partir de Nouméa, il y a un grand élan de solidarité et des moyens militaires importants qui sont mobilisés pour aider le Vanuatu à ce moment terrible de son histoire. Mais en même temps, cette coordination, elle se fait avec l’Australie dans une logique de partenariat. Nous avons un accord, qui n’est pas nouveau, qui s’appelle l’accord FRANZ, France-Australie-Nouvelle-Zélande, et cet accord a été immédiatement mis en œuvre, dès les premières heures du cyclone. Les zones sont réparties, les équipements, les matériels sont répartis également entre nos trois nations, et c’est comme ça qu’on sera efficace pour répondre à une situation d’urgence. »
 
L’aide humanitaire française a commencé à se déployer, hier, à Tanna.
En Polynésie française aussi, plusieurs mesures ont été prises pour secourir nos voisins du Vanuatu :

Mobilisation tous azimuts pour le Vanuatu

Opération « Solidarité Vanuatu »

Vanuatu : le Casa s’est envolé vers Nouméa
 

Avec Radio Australia
 

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete