Reprise confirmée en 2015

    vendredi 29 juillet 2016

    reprise

    Fabien Breuilh, directeur de l’ISPF, Claude Periou, directeur de l’IEOM, et Thierry Paulais, directeur de l’AFD en Polynésie française. (Photo : Caroline Perdrix)


    Les comptes rapides 2015 de la Polynésie française présentés hier à l’ISPF

     

    Les responsables de l’Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), de l’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) et de l’Agence française de développement (AFD) ont présenté hier matin les comptes rapides 2015 du territoire.

    Depuis 2005, le projet Cérom (comptes économiques rapides pour l’outre-mer) permet de disposer d’un cadre statistique pour analyser les évolutions récentes, avant la publication des comptes définitifs qui intervient trois ans après.

    C.P.

     

     

    + 1,3 % de pouvoir d’achat pour les ménages

     

    En 2015, pour la deuxième année consécutive, la croissance est positive : le produit intérieur brut (PIB) augmente de 1,1 % en volume et de 1,7 % en valeur, pour atteindre 553 milliards de francs. L’investissement est le principal moteur de la croissance (+5,1 %).

    La masse salariale comme le revenu disponible brut des ménages progressent respectivement de 1,3 % et 0,9 %. La baisse des prix à la consommation aidant, ces ménages gagnent 1,3 % de pouvoir d’achat et leur consommation augmente de 1 % (contre seulement 0,3 % en 2014).

    C’est la plus forte hausse de la consommation des ménages depuis 2007. La hausse des importations de 1,8 % traduit cette reprise de la demande intérieure. En revanche, les ménages restent prudents : les encours de crédit à la consommation baissent de 6,5 %.

     

     

    L’investissement privé reprend du poil de la bête

     

    2015 est la troisième année de suite où l’investissement progresse, même s’il reste “faible” selon le Cérom : à 114,5 milliards de francs, il reste inférieur de 23 milliards à 2008, l’année “pré-crise”.  C’est le secteur privé – entreprises et ménages – qui représente presque les trois quarts de l’investissement total.

    La consommation publique, elle, diminue pour la huitième année consécutive. Par rapport à 2008, elle diminue de 19 milliards de francs, mais elle est proche de la moyenne du début des années 2000.

    Mais Thierry Paulais, directeur de l’AFD, souligne que “l’amélioration de la gestion des finances publiques a permis de retrouver une meilleure capacité d’emprunt, c’est je crois un cercle vertueux qui est en train de s’enclencher. Les premiers constats sur 2016 donnent l’impression que ce sera encore mieux cette année.”

    GRAPHIQUE 3

     

     

     

    Des exportations sauvées par le tourisme

     

    Si l’exportation de biens et de services progresse de 0,6 %, cette progression se voit annulée par les importations en hausse.

    Le déficit commercial de la Polynésie est tempéré par la baisse de la facture énergétique qui diminue de 19 % en valeur par rapport à 2014.

    La croissance des exportations concerne quasi exclusivement les exportations de services touristiques (hôtellerie et transport principalement), tandis que les exportations de produits locaux sont plombées par les mauvais chiffres de la perle (-14 % en valeur).

    Les autres exportations (poisson, vanille, coprah) progressent de 14 % mais pèsent peu dans la balance commerciale.

    GRAPHIQUE 5

     

     

     

     

    La hausse de l’emploi ne suffit pas pour diminuer le chômage

     

    Pour la première fois depuis 2009, l’emploi salarié augmente… de 0,4 % (+270 postes salariés supplémentaires en 2015), et la masse salariale de 1,3 %.

    Mais, avec environ 1 300 nouveaux entrants chaque année sur le marché du travail, le Cérom estime que le taux de chômage, qui était de 21,3 % en 2012, peut être estimé à 24 % en 2015.

    Les secteurs dans lesquels la masse salariale a le plus progressé sont l’agriculture (+7 %), la construction (+2 %) avec les travaux routiers et le chantier de la prison de Papeari, le commerce (+2,7 %) qui profite de l’augmentation de la consommation des ménages, le transport (+3,5 %) et l’hôtellerie-restauration qui profite de la hausse de la fréquentation touristique (+5 %).

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete