Habillage fond de site

Restauration – Indigestion autour des tickets Tama’a

mardi 26 juin 2018

ticket tama'a

Les premiers tickets tama’a ont été mis en circulation en 2009. Ce cousin du ticket resto est fourni par des comités d’entreprise à leurs salariés, à un prix inférieur à sa valeur réelle. (©DR)

Si vous aussi vous êtes des habitués des tickets tama’a, vous avez peut-être observé un refus de certains restaurateurs quant à un règlement avec ces fameux tickets. C’est le cas, par exemple, d’Açai bowl, géré par Danny Gérard.

Dans un post sur les réseaux sociaux, ce dernier pointait du doigt “le manque de sérieux du responsable de ticket tama’a”? “Nous n’acceptons plus ce mode de règlement à compter de ce jour.” Contacté, Danny Gérard indiquait s’être entretenu depuis avec Moana Kautai, créateur du concept des tickets tama’a.

Le vrai problème, c’est que l’on a cumulé plusieurs dizaines de tickets et l’on a atteint des sommes importantes. Je voulais juste avoir la garantie d’être remboursé et il m’a assuré que je le serai.” En effet, en proie à quelques difficultés financières et s’étant engagé sur d’autres projets, notamment dans le domaine de l’audio-visuel, Moana Kautai, cherche des repreneurs à son affaire.

“Mais d’abord, je souhaite régler toutes mes dettes auprès de mes partenaires avant de définitivement céder l’affaire, pour que les repreneurs puissent repartir sur des bases saines”, a indiqué le principal intéressé. Depuis la fin du mois de mai, Moana Kautai a donc arrêté la vente de ses tickets auprès des comités d’entreprise.

 

 

Un avantage social pour les employés

 

 

Pour rappel, les premiers tickets tama’a ont été mis en circulation en 2009. Ce cousin du ticket resto est fourni par des comités d’entreprise à leurs salariés, à un prix inférieur à sa valeur réelle, leur permettant de régler leurs repas dans tous les restaurants affiliés au réseau. Moana Kautai affirme avoir déjà reçu plusieurs offres concernant la reprise de son affaire.

“Je ne recherche pas un intérêt financier”, assure-t-il. “Je veux aussi avoir des garanties de leur part qu’ils pourront pérenniser cette activité. Ce ticket, c’est un avantage social pour les salariés, et ça a créé des dynamiques, autant dans les entreprises que chez les restaurateurs. Quand tu reçois 400 à 600 tickets par mois, ce n’est pas négligeable.”

L’intéressé pensait même céder son fonds de commerce aux étudiants de l’École de commerce de la CCISM ou de l’Université de Polynésie française. “L’idée était de faire de mon entreprise, un cas d’école, avec un côté comptable et commercial. Les élèves seraient en charge de faire tourner la boîte, sous la surveillance d’un conseil d’administration composé de leur professeur”, confie Moana Kautai.

En attendant, ce dernier a assuré qu’il rembourseraitles restaurateurs jusqu’au dernier tota. Affaire à suivre.

 

D. T.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete