Habillage fond de site

Retraite – Pour éviter la réforme, il faut “s’arrêter de travailler le 31 mai”, martèle le Sdiraf

mercredi 10 avril 2019

“Toute personne qui va partir après le 1er juillet à la retraite sera touchée par les nouvelles mesures. (…) Je conseille de partir le 31 mai”, explique Émile Vernier. (Photo : Yan Roy)

“Toute personne qui va partir après le 1er juillet à la retraite sera touchée par les nouvelles mesures. (…) Je conseille de partir le 31 mai”, explique Émile Vernier. (Photo : Yan Roy)

La réforme des retraites sera applicable au 1er juillet de cette année, et les salariés qui veulent bénéficier des conditions actuelles de pension de retraite “doivent impérativement s’arrêter de travailler le 31 mai”, affirme Émile Vernier.

Autrement dit, selon le président du Syndicat pour la défense des intérêts des retraités actuels et futurs (Sdiraf), si un salarié (qui a 60 ans ou 35 ans de cotisations) veut prendre sa retraite aux conditions actuelles d’avant-réforme, il doit le faire le 31 mai au plus tard. Une date butoir confirmée par la Caisse de prévoyance sociale (CPS).

Si sa cessation d’activité intervient au-delà du 31 mai, alors le retraité tombera dans les conditions de la réforme, “plus drastiques et moins intéressantes pour lui”, assure le syndicat. “Toute personne qui va partir après le 1er juillet à la retraite sera touchée par les nouvelles mesures. Ces gens vont perdre de l’argent par rapport aux pensions d’aujourd’hui. Pourquoi ne pas prendre la retraite en juin ? Parce que si tu t’arrêtes en juin, la CPS va te mettre en retraite le 1er juillet. (…) Je conseille de partir le 31 mai. Et donc ils seront à la retraite le 1er juin. En étant à la retraite le 1er juin, ils sont ainsi dans l’ancien texte”, assure t-il.

 

Une absence de communication volontaire ?

 

Si le Sdiraf avait sollicité la presse pour faire passer ce message, hier matin, sous le fare potee des Jardins de Paofai, à Papeete, c’est parce qu’il considère que le pouvoir politique comme les syndicats n’ont pas communiqué comme ils auraient dû le faire, sur ce sujet, depuis la promulgation de la loi du pays, le 1er février.

Ainsi, selon le syndicat, moins de 500 personnes auraient fait valoir leurs droits à la retraite avant la date d’entrée en vigueur de la réforme alors qu’ils seraient près de 7 000 à pouvoir les faire valoir.

Si le Sdiraf reconnaît à chacun la liberté de pouvoir choisir le moment de quitter le monde du travail, il estime que la plupart des gens ont manqué d’informations pour prévoir de partir en retraite avant l’entrée en vigueur de
la réforme. Une absence de  communication volontaire des pouvoirs publics, martèle Émile Vernier. Pour éviter
d’avoir une déferlante de départs en retraite qui plomberaient les comptes de la CPS.

“Nous craignons que trop de monde parte à la retraite”, concède-t-il d’ailleurs, inquiet pour l’avenir de la Caisse. “Mais je me dis aussi que ces salariés ont travaillé 35 ou 36 ans ! Dès lors qu’ils ont droit à une pension, le gouvernement est chargé de trouver de l’argent pour que les pensions des retraités ne soient pas rabotées.”

 

Y.R.

 

retraite réforme prévenance réforme 1er juillet 2019 retraite  SDIRAF COSR retraite

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Participerez-vous d'une manière ou d'une autre au financement de la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete