Habillage fond de site

Dans le rétro culture – Taputapuatea, au patrimoine mondial de l’humanité, Fa’afaite, Mario Brothers

vendredi 29 décembre 2017

Situé sur l’île de Raiatea, le marae de Taputapuatea est considéré comme le berceau  de la civilisation et des migrations polynésiennes. (© archives LDT)

Situé sur l’île de Raiatea, le marae de Taputapuatea est considéré comme le berceau de la civilisation et des migrations polynésiennes. (© archives LDT)


Taputapuatea, au patrimoine mondial de l’humanité

Une première. Le paysage culturel de Taputapuatea est officiellement inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, depuis le 8 juillet, une première pour le fenua. Plus de 2 000 hectares couvrant terre et lagon, autour du plus mythique marae du triangle polynésien, ont été reconnus et seront désormais protégés.

Les paysages culturels sont définis par l’Unesco, qui a créé cette catégorie en 1992, comme “des œuvres conjuguées de l’être humain et de la nature”, qui expriment “une longue et intime relation des peuples avec leur environnement”.

L’annonce a été faite au cours de la 41e session du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco qui s’est déroulée à Cracovie, en Pologne, où le président du Pays Édouard Fritch, le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, le maire de Taputapuatea Thomas Moutame et l’ensemble de la délégation de la Polynésie française avaient fait le déplacement pour soutenir la candidature de Taputapuatea.

Situé sur l’île de Raiatea, le marae de Taputapuatea est considéré comme le berceau de la civilisation et des migrations polynésiennes. Cette reconnaissance “nous va droit au cœur” et suscite une “joie immense”, avait déclaré le président du Pays, début juillet.

Cette inscription est le fruit d’un long travail de plus de vingt ans, entamé par la jeune chambre économique de Tahiti et qui a réuni associations, commune, services du Pays et de l’État, afin de présenter le dossier devant l’Unesco. Le dossier monté a particulièrement convaincu les états membres. Plusieurs pays, le Portugal, la Turquie, le Koweït, la Tanzanie, les Philippines, le Zimbabwe, la Jamaïque, la Corée du Sud, Cuba, la Tunisie ou encore la Pologne, ont ainsi publiquement soutenu la candidature de Taputapuatea et souligné la qualité du dossier présenté.

“Au-delà du site Taputapuatea désormais inscrit, c’est toute la mémoire de nos ancêtres et l’identité ma’ohi, associée à nos valeurs traditionnelles, qui est reconnue désormais au plan mondial comme le témoignage d’une civilisation toujours vivante et qui vient, ce jour enfin, de réussir son entrée dans l’histoire de l’humanité”, s’est réjoui, peu après l’annonce, l’association Na papa e va’u, qui a porté le projet jusqu’à cette victoire historique. 

Quelques mois plus tard, fin octobre, c’est au tour du ’ori Tahiti d’être inscrit au patrimoine culturel, français cette fois, première étape avant la reconnaissance internationale.

Le grand voyage de la pirogue double Fa’afaite

Le 16 mai, Fa’afaite partait  à l’assaut du Pacifique  aux côtés de ses “camarades”, la mythique Hokule’a  et la petite Okeanos Marshall. (© archives LDT)

Le 16 mai, Fa’afaite partait à l’assaut du Pacifique aux côtés de ses “camarades”, la mythique Hokule’a et la petite Okeanos Marshall. (© archives LDT)

Après plus d’un mois de carénage en février et mars, le plus long que Fa’afaite ait connu, la pirogue double a retrouvé les flots quelques semaines plus tard, pour un périple qui l’a amené aux Australes, à Raiatea et à Hawaii, avant de faire un retour triomphal.

En 2019, c’est un grand rassemblement qui l’attend, en Nouvelle-Zélande, pour les 250 ans de l’arrivée du capitaine James Cook et de Tupaia, le tahu’a originaire de Raiatea. La mythique pirogue double traditionnelle hawaiienne Hokule’a, accompagnée par son voilier suiveur le Gershon 2, après son tour du monde débuté en 2014, l’a rejoint pour ce grand voyage au nord.

Une cérémonie de toute beauté a célébré son accueil à la pointe Vénus, mi-avril, après une escale aux Marquises. Le 16 mai, Fa’afaite partait à l’assaut du Pacifique aux côtés de ses “camarades”, la mythique Hokule’a et la petite Okeanos Marshall.

L’objectif était de relier ensemble Tahiti à Hawaii, sans instruments de mesure modernes, mais uniquement grâce à la lecture des étoiles, des courants et des sens. Si pour le voyage “aller”, deux Hawaiiens, fins connaisseurs de ce type de navigation étaient montés à bord pour prêter main-forte à l’équipage de Fa’afaite, le voyage retour s’est, quant à lui, fait sans eux. C’est donc un équipage 100 % polynésien qui a réussi l’exploit de rentrer au fenua, le 27 juillet, en employant uniquement les méthodes de navigation traditionnelle.

C.C.

culture rétrp

rétro culture 2

Mario

Désiré Teivao
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete