Habillage fond de site

Dans le rétro santé – une incroyable évasan, pôle de santé unique privée, réforme de la PSG…

vendredi 29 décembre 2017

En janvier, suite  à un remaniement ministériel du gouvernement Fritch,  le portefeuille des Solidarités et de la Santé a été confié  à Jacques Raynal.(© archives LDT)

En janvier, suiteà un remaniement ministériel du gouvernement Fritch, le portefeuille des Solidarités et de la Santé a été confié à Jacques Raynal.(© archives LDT)


Soigner la fibrillation auriculaire au CHPF

L’année 2017 a connu des évolutions majeures sur le plan de la santé. En effet dès le mois de janvier, suite au remaniement ministériel du gouvernement Fritch, le portefeuille des Solidarités et de la Santé est confié à Jacques Raynal.

Le 13 janvier, il succède à Patrick Howell. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le nouveau ministre n’a pas hésité à retrousser ses manches. Mise en application du Schéma d’organisation sanitaire (SOS), mise à jour de la carte sanitaire, réforme de la protection sociale généralisée (PSG), mise en place du plan cancer, tous ces dossiers, lourds, ont connu des avancées considérables.

Et si certaines réformes ont connu une forme d’impopularité, de nombreux besoins et attentes ont d’ores et déjà été comblés. En novembre par exemple, le service de cardiologie de l’hôpital a réalisé pour la première fois sur le territoire une intervention non chirurgicale, visant à traiter l’un des troubles du rythme cardiaque les plus fréquents au monde, la fibrillation atriale (FA), autrement appelée fibrillation auriculaire. Cette technique réalisée par le responsable de l’unité de rythmologie et stimulation cardiaque du CHU de Grenoble, le professeur Pascal Defaye, venu en Polynésie française pour cette mission, a permis à douze patients d’être opérés à Tahiti. Le fait de pouvoir réaliser cette technique au CHPF doit éviter entre 20 et 30 évacuations sanitaires annuelles. 

L’incroyable évasan

Grâce à une chaîne  de solidarité, Stéphane Tuhiva, aujourd’hui décédé,  a pu vivre ses deux derniers mois près de sa famille  et de son fils. (©archives LDT)

Grâce à une chaîne de solidarité, Stéphane Tuhiva, aujourd’hui décédé, a pu vivre ses deux derniers mois près de sa famille et de son fils. (©archives LDT)

Le 7 mai, grâce à un élan de solidarité hors du commun, un enfant du pays, Stéphane Tuhiva, est rapatrié au fenua. Parti depuis sept ans de Polynésie pour tenter de gagner sa vie en France, il n’avait finalement pas trouvé de travail régulier. Sans ressources et sans domicile fixe depuis tout ce temps, il avait contracté un cancer des poumons en début d’année qui lui laissait peu de temps à vivre.

Sans moyens, il ne pouvait rejoindre le fenua, où il voulait finir ses jours près des siens. C’est finalement grâce à l’audace de son médecin de l’Hexagone, qui avait contacté le ministre Jacques Raynal, que Stéphane Tuhiva a pu être rapatrié.

La délégation polynésienne à Paris, les services sociaux du Pays, la CPS et Europe assistance ont tous participé à son retour. Grâce à cette solidarité, Stéphane, aujourd’hui décédé, a pu vivre ses deux derniers mois près de sa famille et de son fils qu’il avait été très ému de retrouver après cette longue absence.

L’agence de régulation de l’action sanitaire et sociale créée

En septembre naît l’agence de régulation de l’action sanitaire et sociale (Arass). Un service administratif qui répond aux besoins définis par le Schéma d’organisation sanitaire 2016-2021 (SOS) de restaurer l’autorité du Pays par la refondation de la gouvernance et des mécanismes de prise de décision dans le champ sanitaire.

L’Arass est donc l’outil de régulation de la santé et de la protection sociale en charge du pilotage des décisions stratégiques. L’agence a également pour mission de planifier l’organisation de l’offre de soins publique et privée et l’offre de structures d’accueil social et médico-social. C’est elle qui définit les objectifs des dépenses d’assurances maladie et de santé et qui détermine le montant des enveloppes affectées aux types de soins et organismes sanitaires et sociaux.

Enfin elle s’occupe également de l’ensemble des autorisations et agréments des secteurs sanitaires et sociaux, de l’élaboration de la réglementation et du contrôle de son application. L’Arass regroupe donc quatre services administratifs du pays.

Le bureau de l’administration générale qui assure la gestion budgétaire, financière comptable et patrimoniale ainsi que la gestion des ressources humaines et la logistique du service. Le bureau de la planification en charge de la conception des politiques publiques, de leur mise en œuvre et de leur évaluation. Le troisième bureau définit les objectifs de dépenses dans les domaines sanitaires, sociaux et médico-sociaux. Enfin le dernier bureau, celui de la réglementation et de l’inspection, se charge d’élaborer la réglementation et d’en contrôler l’application.

Jen.R.

bref rétro santé

bref PSG

bref santé

Désiré Teivao
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete