Réveillon : bien gérer sa consommation d’alcool

    mercredi 31 décembre 2014

    Les fêtes en général, et particulièrement celles de fin d’année sont toujours un prétexte à la consommation d’alcool. Abondance, excès font partie de ces soirées endiablées où tout, ou presque, est permis. “La fête est un prétexte pour se lâcher. Après, ce sont les conséquences que l’on ne mesure pas”, déclare Damien Roure, infirmier du centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomanie (CCSAT). Cette année, les gendarmes ont été clairs. Ils ne laisseront rien passer ! La semaine dernière, le capitaine Olivier Faure, officier adjoint de la circulation-sécurité routière de la gendarmerie nationale, révélait que nombreux seraient les automobilistes contrôlés ce soir, pour le réveillon. “Nous contrôlerons tout le monde et il n’y aura aucune indulgence”, déclarait-il dans La Dépêche du 27 décembre.
    Ces festivités qui mettent l’alcool au centre de l’amusement peuvent constituer une sorte de torture pour les alcooliques et ceux qui ont un problème d’addictologie. “C’est assez difficile pour certaines personnes de savoir quelle est la limite entre une consommation festive et une consommation sans risque de l’alcool”, souligne Vaiana Samg-Mouit psychologue-clinicienne au CCSAT.
    Ingurgiter une quantité importante de boissons alcoolisées est déconseillé ; cela rime très souvent avec accidents de la route, violences, perte des moyens et de ses capacités physiques. Entre le désir d’arrêter et celui de faire la fête au même titre que ses proches, le choix est vite fait. C’est en cela que de nombreuses organisations existent pour aider ces personnes à arrêter de boire. C’est, par exemple, le cas de l’association des Alcooliques anonymes, de la Croix Bleue ou encore du Centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomanie. Bien que différents, ces trois organismes ont pour objectif commun de venir en aide aux personnes dépendantes.

    “L’alcool ne fait pas de différence”

    Un constat : beaucoup de personnes n’osent pas contacter ces sociétés, par peur d’être stigmatisées. David, de l’association des Alcooliques anonymes révèle que “certaines personnes entrent en contact avec l’association via leurs médecins ou leurs familles”.
    D’autres arrivent à se motiver seuls. Dans ce cas, il s’agit de discuter avec elles et de les convaincre de raconter leur histoire, et de leur expliquer qu’elles peuvent être aidées.
    En revanche, le CCSAT accueille entre autres des personnes envoyées par le service judiciaire. Ces “patients” doivent obligatoirement être suivis sur une durée d’un ou deux ans, à une fréquence d’environ une fois par mois.
    Au cours de ces périodes, “beaucoup prennent conscience des risques et adaptent leur comportement en prévention de ces risques”, déclare Barbara Vailhant, psychiatre au CCSAT.
    Par conséquent, elles arrêtent leur consommation d’alcool assez rapidement. Pendant et après les fêtes, davantage d’alcooliques cherchent à joindre ces sociétés d’aides.
    C’est en effet au cours de ces périodes “qu’il y a le plus de tentations”, comme le fait remarquer Faria Tevahearai, Pasteur de Bétel de la Croix Bleue.
    Cependant, les raisons de l’alcoolisme sont diverses.
    “En général, les victimes viennent nous voir après avoir rencontré des problèmes familiaux”, continue Faria Tevahearei. “Il y a des personnes qui arrivent à s’en remettre, mais d’autres n’y arrivent pas”, ajoute-t-elle tristement.
    L’alcoolémie est une maladie à laquelle tout le monde peut être exposé. Que l’on soit un homme, une femme, riche ou pauvre, “l’alcool ne fait pas de différence”, déclare David, des Alcooliques anonymes.
    Pour faire partie de l’association, il suffit d’avoir “l’envie d’arrêter de boire”. Si certains arrivent à tenir un seul mois, d’autres en sont membres depuis 25 ans. L’association recense une vingtaine de sympathisants sur le territoire.
    Elle organise de nombreuses réunions pour aider les personnes “malades” à parler de leurs problèmes, et à avancer tout en étant suivies. Pour David, l’accompagnement est une chose très importante “parce que les premiers temps de sobriété pour un malade alcoolique sont très durs”.
    Cette stratégie n’est cependant pas celle de la Croix Bleue, qui attire davantage de croyants : c’est à la personne elle-même de définir la durée de son abstention d’alcool. Une méthode qui met la volonté du malade à l’épreuve et qui le force à trouver l’énergie d’arrêter de lui-même. De son côté, le CCSAT privilégie des actions de prévention, à destination des jeunes principalement. Les infirmiers, psychologues, sont là pour aider le malade à se rendre compte qu’il a un problème d’alcool, et à trouver ensemble les solutions de guérison.

    Nadia Yonker

    Les recommandations

    Il faut savoir qu’en Polynésie, sept accidents sur dix sont causés par la consommation d’alcool. Les principales raisons de ces accidents : un excès de vitesse et un défaut de maîtrise du véhicule, selon la délégation du service public (DSP). Pour tous ceux qui envisagent de consommer de l’alcool ce soir, les professionnels du CCSAT préconisent de respecter quelques consignes. La première règle est de ne pas mélanger les alcools. La seconde est de ne pas consommer d’alcool à jeun. Ces deux premières règles permettent de diminuer les effets de l’alcool et son action sur le système nerveux. La troisième recommandation consiste à alterner l’alcool avec les boissons non alcoolisées ; par exemple, après avoir pris un verre de bière, poursuivre par un verre d’eau. La bière crée une sensation de soif et incite à en consommer davantage. La dernière règle est évidemment de ne surtout pas prendre le volant après la fête. Mieux vaut dormir sur place.

    Les contacts

    – Centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomanie
    Tél : 40.46.00.67 ou www.drogue-polynesie.com

    – Les Alcooliques anonymes
    Tél : 40.43.21.63

    – La Croix Bleue
    Contactez les paroisses des Églises protestantes ou catholiques

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete