Habillage fond de site

Risque de retards à la livraison pour Noël

mercredi 20 décembre 2017

 

 

En décembre, le centre de tri de l’OPT doit traiter trois fois plus de colis que durant les autres mois (Benoît Buquet).

En décembre, le centre de tri de l’OPT doit traiter trois fois plus de colis que durant les autres mois (Benoît Buquet).

C’est la course à l’OPT. La valse des colis postaux, pas toujours en douceur. À quelques jours des fêtes, tous les colis commandés en ligne n’ont pas encore été livrés.
Dans l’entrepôt de l’Office des postes et télécommunications (OPT) à Motu Uta, où la presse était conviée mardi, les employés du tri déchargeaient les cartons sans ménagement. Entassés façon vrac, empilés sens dessus dessous, parfois déchirés ou écrasés, des colis de Noël passaient l’épreuve du tri.
Il faut dire que le temps presse. À quatre jours du week-end de Noël, le responsable du centre de tri, Moana Pihatarioe, assurait hier que des colis commandés en octobre arrivent seulement en ce moment, et que des livraisons auront lieu jusqu’aux derniers instants, vendredi.
Mais ce retard à la livraison n’est pas vraiment la faute de l’OPT. Si le père Noël risque d’être à la bourre pour quelques-uns, c’est en particulier dû aux trois semaines de grève à Air France Polynésie durant le mois de novembre. Après la fin du mouvement social, le 2 décembre, la compagnie a annoncé, le 6 décembre, dans un communiqué, l’arrivée à Tahiti de 4 tonnes de fret et 800 kilos de courrier bloqués à Paris.
En aval dans la chaîne, le centre de tri de Motu Uta “a eu la semaine dernière 6 800 colis à traiter en six jours pour satisfaire la clientèle avant Noël, il y avait un tas de colis gigantesque”, raconte Moana Pihatarioe en tendant ses bras vers le plafond du hangar.

“On recrute pour les fêtes”

Et ce n’est pas fini. Si le tri était “à jour” et l’entrepôt de la Poste presque vide mardi pour la visite organisée pour la presse, l’employé de l’OPT s’attend à une nouvelle vague de livraisons cette semaine : “Avec la grève d’Air France, on a eu énormément de retard. On est encore en train d’attendre des envois parce que les transporteurs priorisent ce qui est périssable. Nous pensons qu’il y a encore du retard et nous attendons encore des envois. Aujourd’hui, on est à jour sur ce qui nous est arrivé actuellement. Maintenant, on attend le reste. On en attend demain avec les vols d’Air France. Et jusqu’à vendredi, on aura des colis.”
Si la grève à Air France a produit un engorgement en amont, le centre de tri de l’OPT est en fait habitué à être pris d’assaut à l’approche de Noël.
Moana Pihatarioe fait les comptes : “En période de fin d’année, le nombre d’envois est triplé. Les gens commandent pour les fêtes de fin d’année. Sur une semaine normale, on tourne autour de 3 000 à 4 000 envois. Là, sur le mois de décembre, on tourne à 8 000 voire 10 000 colis par semaine.” Il conclut : “On recrute pour les fêtes. On a recours à des CDD. On fait le maximum, on augmente la vitesse pour satisfaire la clientèle.”
Question vitesse, ils assuraient, hier, à l’OPT à Motu Uta. Question délicatesse, c’était une autre affaire. Et encore, l’OPT avait choisi de montrer aux photographes une journée tranquille avec un entrepôt “à jour”.

 

Benoît Buquet

Désiré Teivao
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French Bee, compagnie aérienne low cost, enchaîne les retards, annulations ou “problèmes techniques”. Pour vous :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete