Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Rixe mortelle à Papara : six accusés à la barre

mardi 12 septembre 2017

Avec six accusés, davantage de partie civile, 19 témoins et deux experts, cette affaire de rixe mortelle devrait occuper la cour d’assises toute la semaine. (© Vaiana Hargous)

Avec six accusés, davantage de partie civile, 19 témoins et deux experts, cette affaire de rixe mortelle devrait occuper la cour d’assises toute la semaine. (© Vaiana Hargous)


La cour d’assises de Papeete a ouvert, hier, un dossier qui devrait l’occuper toute la semaine. Il concerne une bagarre en réunion, qui a eu lieu à Papara, en juillet 2014, et qui a entraîné la mort d’un jeune homme de 22 ans. Les six accusés, âgés de 21 à 32 ans, encourent 20 ans de réclusion criminelle.

L’ambiance était tendue, hier matin, au tribunal de Papeete, pour l’ouverture de la troisième affaire de cette session d’assises.

L’étude du dossier n’avait pas encore commencé que la présidente de la cour a dû procéder à un rappel solennel, suite à un incident mineur intervenu entre les accusés et la famille de la victime.

“Je demande aux accusés de rester dans la salle, de ne pas regarder, ni approcher les membres de la famille de la victime, a-t-elle exhorté. Je demande à la partie civile de garder son calme. S’il y a le moindre souci, je serai dans l’obligation de vous expulser de la salle. Je demande à tous de garder la sérénité que ce procès mérite, même si ça va être difficile.”

Les faits remontent à la nuit du 19 juillet 2014, à Papara, non loin du quartier Afarerii. L’histoire débute par le vol d’une enceinte portable. Une dispute éclate entre deux femmes à ce sujet et les gendarmes de Papara interviennent aux alentours de 19 heures pour y mettre fin.

Mais la victime du vol ne veut pas en rester là et demande à son ami Moearii d’aller récupérer son appareil audio. Celui-ci accepte et part en mission avec son frère Enoha. Les deux frères, surnommés “Tigre et Dragon”, confrontent un groupe de jeunes, quand les choses dérapent totalement.

Selon les premiers éléments de l’enquête, Enoha en serait venu à mettre son bras autour de Teddy, l’un des accusés, de façon à l’étrangler, et c’est ainsi que le premier coup de poing serait parti.

S’en sont suivis d’autres coups de poing, des coups de pied, des coups de barre de fer et des jets de morceaux de bois, de bouteilles et de cailloux. Les frères, minoritaires face à la bande, font les frais de leur témérité.

 

Tous ont une histoire de vie peu reluisante

 

Quand les gendarmes de Papara interviennent sur les lieux, vers 22 heures, ils retrouvent Enoha et Moearii dans un grave état. Tous deux sont pris en charge par les secours.

Enoha s’en sortira avec 30 jours d’incapacité totale de travail (ITT), un trauma crânien avec perte de connaissance et des contusions cérébrales. Moearii, 22 ans, succombera vers 23 heures de ses blessures : un trauma cranio-encéphalique, des ecchymoses, un écoulement sanguin dans la trachée et les poumons…

C’est pour cette mort que Pascal, 32 ans, Teddy, 26 ans, Tupunarii, 22 ans, Raoul, 21 ans, Matahi, 29 ans, et Amire, 31 ans, comparaissent toute cette semaine devant la cour d’assises de Papeete. L’enquête ayant déterminé que c’est la conjonction de tous les coups portés à la tête de la victime qui l’ont affaiblie et fini par la tuer.

Ces six personnes sont donc solidairement accusées de violences commises en réunion ayant entraîné la mort, sans intention de la donner, et encourent jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle.

Appelés à la barre, hier, les accusés ont tour à tour reconnu les faits qui leur sont reprochés, en l’occurrence d’avoir cogné la victime à la tête au moins une fois, avant de “s’excuser” ou de “demander pardon” à la famille.

Les débats d’hier ont concerné la personnalité des accusés, qui ont tous un point commun : une histoire de vie peu reluisante entre père violent, défaillance parentale, abandon, échec scolaire, addiction très jeune au cannabis et à l’alcool… Selon les experts, le niveau intellectuel de chacun, quand il n’est pas moyen, est inférieur à la normale.

Le portrait des accusés plus ou moins dressé, le procès devrait reprendre ce matin avec l’audition de l’enquêteur et des témoins de la scène, pour un retour plus en détail sur les faits.

 

Compte-rendu d’audience V.H.

 

90
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete