Route traversière – De la prison avec sursis de nouveau requise contre les Bennett

    samedi 26 mars 2016

    L’affaire dure depuis un bout de temps maintenant. La famille Bennett, qui revendique la terre dite Hinano, à Mataiea, où passe la route traversière reliant Papeno’o à Mataiea, était jeudi matin devant la cour d’appel de Papeete pour entrave à la circulation des véhicules sur une voie publique et extorsion de fonds. Ses membres, le père Timi, la mère Rosina, les deux frères Tavi et Steven, et la sœur Lætitia avaient été condamnés en première instance à des peines de huit mois à un an de prison avec sursis ainsi que des amendes pour avoir, notamment, barré l’accès à la route traversière. Un passage particulièrement usité dans le passé par la société Marama Nui, partie civile dans cette affaire, pour rejoindre ses installations hydro-électriques.
    Me Quinquis, qui représentait les intérêts cette dernière, a sollicité la confirmation du jugement de première instance, arguant que la société “n’a de cesse d’être perturbée dans son activité, ce qui peut avoir des conséquences dramatiques car elle s’occupe de la maintenance d’installations hydro-électriques”.
    L’avocat général a été dans le même sens que la partie civile en demandant “la confirmation de l’intégralité des condamnations”, car “la liaison entre Papeno’o et Mataiea est, depuis 1932, un chemin vicinal, de voie publique, donc ouvert à la circulation”. Ce à quoi l’avocat de la défense, Me Lau, a répondu qu’il s’agissait d’un arrêté qui datait de l’époque où Tahiti était encore une colonie et a fait appel à un texte plus récent, la déclaration des droits de l’homme de 1948, et notamment son article 17 qui dit que “toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété”. “C’est un chemin privé, ils sont chez eux”, a-t-il asséné en réclamant la relaxe de ses clients.
    La famille, appelée à la barre, n’a cessé de répéter “vouloir qu’on nous respecte chez nous, sur notre terrain”.
    Entre le jugement de première instance et l’audience de jeudi, la procédure en expropriation publique, relancée en 2012, par le Pays, a abouti.
    Et la famille, qui bloque toujours l’accès aujourd’hui avec une chaîne, a assuré attendre l’indemnisation liée à cette procédure avant de rouvrir le passage.
    Leur sort sera connu le 30 juin.

    V.H.

    brainless 2016-03-29 00:01:00
    Mais qu'on leur coupe l'électricité comme ils coupent la route depuis des années, et basta.

    Cettte famille est une honte pour le fenua.
    Pito 2016-03-26 15:55:00
    Pourquoi avec sursis ? Leur farce a assez duré.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete