Habillage fond de site

Rugby – Une année 2018 pleine de promesses

vendredi 29 décembre 2017

Deux groupements sportifs ont intégré la Fédération polynésienne de rugby à après son AG en 2017: le XV Mili PF ainsi que le Huahine Rugby Club.

Deux groupements sportifs ont intégré la Fédération polynésienne de rugby à après son AG en 2017: le XV Mili PF ainsi que le Huahine Rugby Club. (©FPR)


Délégataire de service public depuis août 2016, la Fédération polynésienne de rugby (FPR) a vécu une année 2017 intense. Les tournois ont été nombreux aussi bien chez les jeunes qu’en séniors et vétérans, à VII et à XV mais aussi en touch et beach rugby. Plusieurs déplacements internationaux ont eu lieu et l’année 2018 s’annonce elle aussi riche en tournois, projets et déplacements.

Après avoir obtenu la délégation de service public en 2016 au détriment de la Fédération tahitienne de rugby (FTR), la jeune Fédération polynésienne de rugby (FPR) vient de vivre une année intense. Outre la hausse à deux chiffres du nombre de licenciés qui est passé de 595 en 2016 à 660 en 2017, elle a multiplié le nombre de journées de compétitions et de matchs dans toutes les catégories, des jeunes aux vétérans en passant par les séniors (+30% !).

Outre les traditionnelles disciplines à VII et à XV, la FPR a aussi développé le touch ainsi que le beach rugby, sans oublier les écoles destinées à former les élites de demain (voir encadré). “2017 a été une année riche pour le rugby polynésien et nous avons suivi le projet présenté pour obtenir la délégation de service public, et qui nous permet d’augmenter années après années notre nombre de licenciés et de matches”, explique Teiki Dubois, cadre à la FPR.

Ce dernier se montre d’ailleurs très optimiste pour le rugby polynésien dans les années à venir, à commencer par celle qui débutera lundi. “2018 s’annonce tout aussi passionnante avec de gros changements à prévoir au niveau de la mise en place des compétitions chez les jeunes afin d’obtenir des joueurs plus performants”, précise le président de la Commission centrale sportive (CCS) de la FPR. Deux ombres au tableau viennent néanmoins ternir le bilan de l’ovalie polynésienne en cette année qui s’achève.

Arue et Manu Ura très convoités

Le fait, tout d’abord, que deux des équipes qui font partie des plus grands clubs dans l’histoire du rugby polynésien, à savoir Arue et Manu Ura, soient toujours affiliées à la Fédération tahitienne de rugby adverse, celle de Charles Tauziet. La FTR qui a pourtant perdu la délégation de service public l’an dernier et qui a même été sanctionnée par la justice.

Deuxièmement, la non reconnaissance de la FPR par l’instance mondiale qu’est World Rugby s’avère pénalisante. “Au niveau international, notre fédération est toujours bloquée, mais je pense que les choses vont s’arranger dans le courant de l’année. Ce qu’il faut, c’est que l’on travaille sérieusement pour le développement du rugby local afin de prétendre de manière sérieuse à pouvoir représenter Tahiti à l’international”, conclut Teiki Dubois.

Ce dernier entrevoit déjà l’affiliation à World Rugby en 2018, après celle déjà en cours au sein du Comité olympique de Polynésie française (COPF, voir encadré). La Polynésie deviendra t-elle enfin un jour un grand pays de l’ovalie comme le sont nos cousins et voisins néo-zélandais, fidjiens ou tongiens ? Verdict dans quelques années sans doute, mais la FPR semble être sur la bonne voie pour y parvenir.

Jean-Marc Monnier

Le Conseil Fédéral de la FPR entend bien développer le rugby aussi bien sur le plan local qu’à l’international. (©FPR)

Le Conseil Fédéral de la FPR entend bien développer le rugby aussi bien sur le plan local qu’à l’international. (©FPR)

capture sport

Désiré Teivao
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete