Rugby – La fédération polynésienne est née

    lundi 11 janvier 2016

    Suite au renouvellement houleux du conseil fédéral de la Fédération tahitienne de rugby du 20 novembre 2015, la liste dissidente menée par Apolosi Foliaki, qui n’avait pu prendre part au vote, a décidé de créer sa propre fédération. Créée le 3 décembre 2015, la Fédération polynésienne de rugby a vu officiellement le jour le 25 décembre et compte bien s’imposer comme étant la plus représentative du rugby polynésien. Un recours en justice contre l’élection de la FTR est prêt et sera déposé, tout comme sera demandé un audit financier, dès que le procès-verbal leur sera parvenu.

    Les griefs invoqués par la Fédération polynésienne de rugby sont nombreux et portent, entre autres, sur un manque de démocratie, de transparence et de cohérence dans le projet sportif.
    Cette scission n’est pas une première dans le paysage sportif tahitien puisque deux fédéra-tions de boxe cohabitent tandis que le taekwondo est scindé en deux, entre une fédération et une ligue.
    Lors de la conférence de presse, organisée vendredi après-midi, les représentants de tous les clubs affiliés à cette nouvelle fédération étaient présents, portant tous le même maillot afin de bien marquer l’unité qui est la leur.
    Ils ont été plusieurs à prendre la parole pour expliquer leur choix, principalement motivé par les dernières élections
    fédérales qualifiées d’anti-démocratiques.

    La FPR confiante pour la délégation de service public

    La question de savoir ce que va devenir le rugby local se pose. Il s’agira tout d’abord de connaître laquelle des fédérations obtiendra la délégation de service public délivrée par le gouvernement, qui rendra officielles les compétitions organisées par cette dernière. Cette désignation sera vécue comme une marque de reconnaissance qui assoira la légitimité de la liste retenue.
    Si la Fédération polynésienne de rugby se montre confiante, elle le doit aux huit clubs qui y ont adhéré, représentant, d’après les chiffres présentés, plus de 600 licenciés et 85 % des manifestations rugbystiques.
    Forte de ces chiffres, la FPR entend rallier à sa cause les clubs restés fidèles au président Charles Tauziet.
    En tout cas, malgré un délai très court, les membres de la FPR se sont montrés très actifs en ayant déjà composé leur organigramme et créé leur calendrier qui démarrerait le mois prochain tandis que l’assemblée générale, où seront adoptés les règlements intérieur et sportif ainsi que toutes les commissions, est programmée pour le 26 janvier. Ils tiennent aussi à préciser que “s’agissant d’une nouvelle fédération, les clubs s’affiliant n’entrent pas dans le cadre de mutation mais de nouveaux affiliés. Nous espérons que les autres clubs existant en Polynésie nous suivront dans notre projet, ils seront naturellement les bienvenus. Le conseil et le bureau fédéral sont constitués de membres issus de tous les clubs présents dans cette fédération.”
    Ses principaux axes de travail ont été édictés et porteront principalement sur un rapprochement avec la Fédération française de rugby et le développement du rugby jeunes et surtout scolaire. Car, à leurs yeux, le rugby polynésien ne pourra que végéter et souffrir de la comparaison internationale tant que le vivier ne se sera pas développé. Plusieurs présidents présents ont insisté sur le manque d’implication, voire d’intervention, de la FTR dans le soutien qu’elle se doit d’apporter aux clubs dans ces domaines. Des aides, humai-nes et financières, ont été évoquées même si rien de concret, en raison de la jeunesse de la FPR, n’a été acté.
    Le rugby tahitien est en train de vivre un moment critique, souhaitons qu’il en sorte grandi.

    Luc Ollivier

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete