Rugby – Manu Ura confirme, Arue s’affirme

    lundi 16 mars 2015

    De la pluie, beaucoup de pluie, samedi à Fautaua, pour cette deuxième journée de coupe, formule championnat. Bien évidemment, cela a fortement nui à la qualité du spectacle, mais cela n’a en rien douché la motivation des quatre équipes concernées pour ces rencontres déjà capitales. Avec deux rencontres à jouer pour atteindre les demi-finales ou en être écartés, cela laisse peu de places à l’approximation.
    Manu Ura, qui avait fait sensation, le week-end dernier, en battant Faa’a (17-16) sur le gong, était déjà quasiment assuré de sa qualification. Il lui suffisait d’assurer contre Taravao, qui signait son entrée dans la compétition pour s’offrir une première place de poule qui lui promettait le second de l’autre poule.
    En manque d’effectif il y a une semaine, l’équipe de Paea s’est présentée en nombre pour une rencontre qui lui était promise. Trois jeunes U18 ayant intégré l’effectif senior, Manu Ura prépare tranquillement la relève. Taravao, de son côté, a su élever son niveau de jeu depuis la saison dernière grâce à quelques renforts et bien sûr du travail, mais s’est présenté sans son ouvreur d’expérience.
    Les hommes de la presqu’île faisaient pourtant mieux que résister en début de match face à Manu Ura, qui avait décidé de tout jouer à la main malgré un ballon glissant. Sur pénalité, Tenahe Matatai ouvrait la marque (0-3, 16e) avant que Manu Ura transperce enfin le rideau défensif sans commettre d’en-avant, pour inscrire le premier essai d’une longue série par Kelani Clark (7-3, 23e) profitant aussi d’une infériorité numérique.
    C’est encore à quinze contre quatorze que Manu Ura inscrivait deux essais (35e et 39e) par Paul Tahana et Nunui Teriitehau pour porter la marque à 21-3. Entre-temps, Taravao avait bénéficié d’une pénalité bien placée qui lui aurait permis de revenir à 14-6, mais le choix du capitaine ne respecta pas celui du coach. Taravao avait quand même le dernier mot de ce premier acte sur une pénalité de Tenahe Matatai (21-6, 40e).
    Le retard accusé était déjà trop important à la pause pour espérer tout retour, mais Taravao continua à jouer crânement sa chance en s’appuyant sur ses avants. A contrario, Manu Ura fit parler les jambes de ses arrières qui entamèrent un festival offensif avec notamment un triplé pour Heremoana Aromaiterai (42e, 52e, 71e). Rainui Nou (66e) et Jean-Luc Ly Foueik (80e) donnèrent plus d’ampleur au score 52-13 ; Dylan Lazarevitch ayant sauvé l’honneur des siens en fin de partie (77e).
     
    Arue assume son nouveau statut
     
    Dans cette seconde rencontre de la soirée, on attendait de voir Arue à l’œuvre tant l’équipe, par ses recrues, est pleine de promesses. Mais des paroles au terrain il y a une différence et les Noir se devaient de justifier leur nouveau statut. En infligeant un 34-14 à Punaauia, on ne peut que constater la réalité des progrès de l’équipe. Et pourtant, elle n’est pas encore au niveau des cadors comme Manu Ura ou Pirae comme le prouve son sérieux passage à vide en début de seconde période qui lui a, à un moment, fait craindre un retour de Punaauia (22-14).
    S’appuyant toujours sur la force de leur président-joueur Loïc Tautu, les hommes de Dave Richmond ont affirmé leurs prétentions par un essai de ce même Loïc Tautu (5-0, 15e), imité peu après par Mairau Tauainau (19e, 12-0). Bien qu’à quatorze pour un carton jaune, Arue continuait à creuser l’écart et atteignait la pause sur le score de 15-0 avec une pénalité de Teva Marea (37e). Punaauia, chahuté devant, n’avait que peu de bons ballons à utiliser et se contentait donc le plus souvent de défendre. Dans cet exercice, que ce soit en l’air ou au sol, l’activité de Yan Gardiol est à souligner. Cela ne fut cependant pas suffisant pour endiguer la fougue noire et Raonui Mauau.  Le pilier, transfuge de Faa’a, signa, de la plus belle des manières, son intégration dans l’équipe, en inscrivant deux essais (41e, 66e). La rébellion de Punaauia, avec des essais de François Tamarono (46e) et Eugène Paul (51e), ne fut pas suffisante pour revenir dans la partie, d’autant que l’équipe terminait la rencontre à quatorze après un carton rouge. Un avantage dont profita Philippe Idjeri pour clôturer la marque (34-14).
     
    Luc Ollivier

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete