Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

RUSSIE – La petite fille a parcouru huit kilomètres dans la taïga, par –24°

mercredi 15 mars 2017

russie

Saglana, 4 ans n’a pas hésité à affronter des températures sibériennes et les loups pour aller chercher des secours pour sa grand-mère. (© DR)

Saglana, 4 ans, est devenue une petite héroïne en Russie. Un jour de février, la petite fille a parcouru huit kilomètres dans la taïga, en pleine nuit, affrontant des températures avoisinant les -24°C et des loups pour aller chercher de l’aide.

Comme le rapporte le Siberian Times, Saglana Salchak s’était réveillée peu avant l’aube dans la maison isolée où elle vit avec ses grands-parents à Touva, une république russe de Sibérie orientale, située à la frontière avec la Mongolie.

Elle a alors remarqué que la grand-mère ne bougeait plus. Le grand-père, aveugle, a demandé à la petite d’aller chercher de l’aide, mais il ne s’était pas aperçu qu’il faisait encore nuit dehors.

Obéissante, Saglana a donc pris son courage à deux mains et s’est mise en marche pour aller avertir les habitants les plus proches, des éleveurs qui possèdent un téléphone satellitaire, mais situés à huit kilomètres de chez elle. Après trois heures de marche dans la neige, la petite a atteint la ferme en question. “Il semble que ma grand-mère soit morte”, a dit Saglana à l’épouse de l’éleveur.

Avertis et arrivés chez les grands-parents, les secours ont constaté le décès de la grand-mère à cause d’une crise cardiaque. Saglana souffre uniquement d’un rhume. Mais elle a eu de la chance.

“La République de Tuva est remplie de loups”, a souligné Semyon Rubtsov, le chef régional des secours à la Komsomolskaya Pravda. “Ils mangent le bétail et les éleveurs s’en plaignent. Dans l’obscurité, l’enfant aurait très bien pu tomber sur une meute.”

La mère de Saglana a été entendue par la justice. D’après les autorités, elle savait que ces personnes âgées ne pouvaient garantir la sécurité de la petite.

Elle risque un an de prison. Mais pour une journaliste locale citée par le Guardian, le crime n’a pas été commis par la mère mais par les autorités.

“À l’époque soviétique, il y avait des radios pour communiquer. Au XXIe siècle, un enfant de 4 ans doit marcher parce qu’il n’y a pas de moyens de communication. C’est aberrant.”

 

AFP

 

 

 

3
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete